• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Crohn

Maladie de Crohn : du nouveau sur la prédiction et les facteurs environnementaux

Une étude américaine a découvert comment identifier de manière plus précoce les personnes à haut risque de développement de la maladie de Crohn.

Maladie de Crohn : du nouveau sur la prédiction et les facteurs environnementaux Pornpak Khunatorn/iStock

  • Publié le 30.03.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique du système digestif
  • Une nouvelle méthode de dépistage permettrait de la repérer 5 ans avant les premiers symptômes

Une nouvelle méthode de dépistage de la maladie de Crohn a été découverte par des chercheurs américains, permettant d’améliorer la prise en charge des patients. La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique du système digestif. “L'identification précoce des individus à haut risque de développement de la maladie pourrait permettre une surveillance étroite et des interventions pour retarder, atténuer ou même arrêter l'initiation de la maladie”, confirme Jean-Frédéric Colombel, professeur de médecine à la Icahn School of Medicine de Mount Sinai (Etats-Unis) et codirecteur de l’étude. Les résultats ont été publiés dans la revue Gastroenterology.

Prédire la maladie de Crohn cinq ans avant les premiers symptômes

Les chercheurs ont étudié les données de suivi à long terme de 122 patients atteints de la maladie de Crohn. Ils ont observé que l’obtention d’une rémission profonde au début de la maladie est associée à une diminution de 81% des risques futurs. “Les données suggèrent fortement que l'obtention d'une rémission profonde au début de la maladie de Crohn peut entraîner une modification de la maladie avec une diminution significative des complications à long terme, estime Ryan Ungaro, auteur principal de l’étude. L'implication est que nous pouvons jouer un rôle important dans le ralentissement de la progression de la maladie si nous arrivons à traiter Crohn précocement, en soulignant la pertinence de la prédiction et de la prévention dans le traitement de la maladie.”

Dans une étude des biomarqueurs sériques du personnel militaire collectés et stockés par le département américain de la Défense, les chercheurs ont dérivé un modèle prédictif de la maladie de Crohn. Ils ont identifié 51 biomarqueurs protéiques prédictifs du développement de la maladie de Crohn dans les cinq ans avant le diagnostic avec une précision de 76%. “L'étude suggère que les processus biologiques sont activés de nombreuses années avant la maladie de Crohn, ouvrant ainsi la possibilité de développer des stratégies ciblées qui pourraient fonctionner pour prévenir ou retarder l'apparition de la maladie, analyse Joana Torres qui a mené l’étude sur les biomarqueurs. Lorsque nous combinons cette constatation avec le fait qu'une intervention précoce peut conduire à de meilleurs résultats pour nos patients atteints de la maladie de Crohn, nous avons un réel espoir pour une maladie qui n'a pas de remède.”

Un lien environnemental

Deux autres études suggèrent qu’une exposition aux métaux chez les enfants et un facteur génétique contribuent au développement de la maladie de Crohn. La première étude, menée par des chercheurs portugais a trouvé dans l’étude de dents de bébé, qui conservent progressivement les informations de l'exposition environnementale depuis leur développement initial jusqu'à leur perte, l'association entre les expositions précoces aux métaux et le risque futur de développement de la maladie. Les métaux identifiés par les chercheurs sont le plomb, le cuivre, le zinc et le chrome. La deuxième étude suggère un lien génétique dans la transmission de la maladie de manière aléatoire. Des chercheurs ont étudié 38 grandes familles comptant au moins trois membres de la famille au premier degré atteints par la maladie de Crohn et se sont rendis comptent que les frères et sœurs affectés étaient beaucoup plus susceptibles d'être affectés séquentiellement. “Le regroupement des frères et sœurs touchés suggère qu'il existe des facteurs au-delà de la génétique qui conduisent au développement de l'IBD dans ces familles multiplexes, probablement attribuables à un environnement partagé, ajoute l'autrice principale Elizabeth Spencer. Nous continuons de suivre ces familles dans le but de déterminer les facteurs précis. Si nous pouvons identifier ces facteurs, nous pourrions les modifier comme mesure préventive pour les personnes à risque élevé de développer la maladie de Crohn.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité