• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Vaccin

Au Texas, les classes supérieures sont les moins sérieuses pour vacciner leurs enfants

Une étude sur la vaccination au Texas révèle que les classes les plus aisées sont les moins enclines à vacciner leurs enfants. De quoi permettre d’aider les responsables sanitaires à identifier ceux qui sont les plus à risque d’attraper des maladies évitables par la vaccination.

Au Texas, les classes supérieures sont les moins sérieuses pour vacciner leurs enfants scyther5/iStock

  • Publié le 27.03.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Des chercheurs texans ont révélé que dans leur État, ce sont les plus aisés qui vaccinent le moins leurs enfants. Des résultats qui permettent d’identifier ceux qui sont les plus fragiles face à des maladies évitables par la vaccination. L’étude a été publiée dans la revue PLOS Medecine et a été réalisée par des chercheurs de l’université d’Austin.

Un nombre de non-vacciné qui ne cesse de croître

Le Texas fait partie des États américains où il est possible d’invoquer une objection philosophique ou religieuse pour soustraire ses enfants aux obligations de vaccinations, nécessaires pour les inscrire à l’école. Pour leur étude, les chercheurs ont comparé les données de recensement dans les écoles publiques et privées disponibles avec le nombre d’exemptions aux vaccinations. Selon eux, un taux d’exemption, dans un même établissement, supérieur à 3% constitue un risque élevé de flambée de maladies évitables par vaccination. Au Texas, le nombre d’établissement concerné ne cesse de croître. Le pourcentage de districts scolaires concernés est passé de 3 à 6% entre 2012 et 2017.

Cette étude permet aux autorités sanitaires de viser les lieux les plus à même de voir se propager une maladie épidémique normalement contrôlable par la vaccination. “L'étude fournit, non seulement une fenêtre sur les schémas de vaccination locaux dans tout le Texas, mais nous permet également de faire des prédictions, analyse Lauren Ancel Meyers, épidémiologiste et autrice de l’étude. Si vous ne disposez pas de données sur le taux de vaccination pour une communauté donnée, vous pouvez utiliser des facteurs démographiques pour prédire les risques d’épidémie de maladies évitables par la vaccination”, ajoute-t-elle.

Cibler les populations fragiles

Les chercheurs ont découvert que les communautés suburbaines et urbaines à revenu élevé ont les taux d’exemption de vaccination les plus élevés. Austin, Dallas - Fort Worth et Houston sont les villes les plus touchées. De plus, avoir des diplômes et être blanc de peau augmentent les risques de non-vaccination des enfants. À l’inverse, les zones où le revenu est plus bas et où il y a un nombre élevé de personnes non-anglophones ont plus tendance à vacciner leurs enfants.

Grâce aux résultats, les points les plus sensibles devant des épidémies évitables par vaccination ont pu être identifiés. “Cette étude nous permet de détecter des points chauds potentiels à une échelle géographique plus fine, développe Lauren Ancel Meyers. Le nombre croissant d’exemptions est déjà alarmant. De plus, le regroupement d’enfants non vaccinés dans des communautés étroites ne fait qu’amplifier le risque d’une épidémie.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité