Publicité

QUESTION D'ACTU

Faibles progrès

Pollution autour des écoles en Ile-de-France : la situation “reste préoccupante”

Lundi 9 mars, l’association Respire a publié une nouvelle carte de la pollution autour des 12 520 établissements scolaires d'Ile-de-France. Malgré quelques progrès notables, la “situation reste préoccupante”, alerte-t-elle. 

Pollution autour des écoles en Ile-de-France : la situation “reste préoccupante” Ulianna/iStock

  • Publié le 11.03.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les taux de dioxyde d'azote et de particules fines ont baissé autour des établissements scolaires d'Ile de France
  • Pour l'association Respire, ces taux restent "précoccupants"
  • Une étude publiée début mars évalue à 3 ans la perte d'espérance de vie due à la pollution atmosphérique

“Malgré les améliorations, la situation reste préoccupante dans la capitale et alentour”. Lundi 9 mars, l’association Respire a publié une nouvelle carte de la pollution autour des 12 520 établissements scolaires d'Ile-de-France. Celle-ci se base sur les données 2018 disponibles.

L'association est particulièrement inquiète au sujet du dioxyde d'azote (NO2), dont les seuils réglementaires sont dépassés dans 467 établissements (350 à Paris, 104 dans la petite couronne et 13 dans la grande couronne). On observe tout de même un gros progrès par rapport à 2014 où ils étaient dépassés dans 1 140 établissements parisiens. En 2017, ils l'étaient dans 643 établissements d’Ile-de-France. “Les concentrations fortes de NO2 sont liés au trafic routier, et plus de 90% aux véhicules diesel (…) La diminution observée est liée à une diminution du trafic et à un changement du parc automobile”, commente l’association.

Concernant les particules fines, (PM2,5 et PM10), “100% des établissements sont en dessous des seuils légaux”  mais “il existe une nette différence entre les seuils réglementaires et les recommandations de l'OMS, alors que ces seuils sont identiques pour le NO2", rappelle Respire. Par conséquent, “une très grande partie des établissements restent exposés à des valeurs dépassant les seuils recommandés par l'OMS” : 100% pour les PM2,5 et 78% pour les PM10 à Paris, 100% pour les PM2,5 et 35% pour les PM10 en petite couronne. “Par ailleurs, il n’existe toujours pas de mesure pour les particules encore plus fines (PM1 ou en-dessous) alors que les scientifiques indiquent qu’il s’agit des molécules les plus dangereuses”, déplore Respire. 

Un appel aux candidats aux municipales 

En conclusion, “malgré les améliorations, la situation reste donc préoccupante dans la capitale et alentour (…) Pour cette raison, il faut continuer à diminuer le trafic routier aux abords des écoles, principales sources pollution au NO2, explique l’association qui invite donc les candidats aux municipales à proposer des “actions ambitieuses sur ce sujet”.  

En attendant, Respire a organisé ces derniers jours des actions dans une cinquantaine d’écoles avec des parents d’élèves et plusieurs partenaires. “Pour chaque école où ils sont mobilisés, les parents demandent des mesures concrètes et locales, comme la piétonisation de certaines rues, la création de zones à circulation douce, des rues aux enfants, l’installation de stationnement pour les vélos, l’installation de ralentisseurs, des plans de circulation qui découragent la circulation de transit, la végétalisation des abords des écoles, des audits de qualité de l’air, etc”, note l’association.

Une perte mondiale de trois ans d'espérance de vie  

Les effets négatifs de la pollution de l’air sont nombreux et régulièrement démontrés par les scientifiques. Elle augmente les risques de crises cardiaque et de fausses couches, fragilise les os, aggrave l’acné, perturbe les menstruations, entre autres conséquences néfastes. D’après une étude parue le 3 mars dans la revue Cardiovascular Research de la Société européenne de cardiologie, la pollution atmosphérique serait responsable d’une réduction de trois ans de l’espérance de vie mondiale. “Les conséquences de la pollution atmosphérique sur les maladies cardiovasculaires et autres maladies non transmissibles ont été considérablement sous-estimées”, alertent les chercheurs.  

Selon eux, elle entraînerait 8,8 millions de décès prématurés par an, soit plus que le tabac, qui a pourtant tué 7,2 millions de personnes en 2015. C’est également 19 fois plus que le paludisme, neuf fois plus que le VIH et trois fois plus que l’alcool.

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité