• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Rythme circadien

Traumatisme crânien : exposer les patients à la lumière bleue le matin les aideraient à mieux récupérer

Alors que de nombreux patients ayant souffert d'un traumatisme crânien ont du mal à dormir correctement à la suite du choc, les exposer à la lumière bleue tôt le matin permettrait de réguler leur horloge biologique, accélérant ainsi leur rémission. 

Traumatisme crânien : exposer les patients à la lumière bleue le matin les aideraient à mieux récupérer KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié le 28.01.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les traumatismes crâniens légers peuvent être causés par des accidents de voiture, des bagarres, des chutes ou des mésaventures sportives. Leurs consésquences abîment les cellules cérébrales. C’est pourquoi, à la suite du choc, de nombreuses personnes se sentent désorientées, mais beaucoup ignorent qu’elles ont subi une commotion et se retrouvent parfois avec des symptômes qui durent pendant des semaines, voire plus d’un an (15% des patients). Parmi eux, maux de tête, confusion, étourdissements, pertes de mémoire, fatigue et sommeil perturbé. Pour remédier au problème du sommeil, qui affecte bien évidemment la capacité de réflexion et de récupération des patients qui s’en plaignent (soit environ 50% des personnes atteintes d’un traumatisme crânien léger), les chercheurs ont découvert que les exposer à la lumière bleue tôt le matin était très efficace. Les résultats de leur étude sont parus dans la revue Neurobiology of Disease.

“Les traumatismes cérébraux légers, communément appelés commotions cérébrales, sont l'une des blessures les plus courantes subies par le personnel militaire et constituent un problème de santé majeur dans le monde entier (…) Actuellement, il n'existe pratiquement aucun traitement efficace contre les commotions cérébrales (…) Nous avons cherché une méthode non pharmacologique (ou non médicamenteuse) pour aider les gens”, explique William Killgore, professeur de psychiatrie à l'université de l'Arizona à Tucson (Etats-Unis), auteur principal de l’étude, au site Medical News Today

“Parce que le sommeil est si important pour la santé et la récupération du cerveau, nous avons pensé qu'en améliorant le moment et la durée du sommeil, on pourrait obtenir une récupération plus rapide des traumatismes crâniens légers” poursuit Killgore. Il a en effet été prouvé à de maintes reprises que, suite à une blessure, le sommeil facilite la production de nouvelles cellules cérébrales isolantes appelées oligodendrocytes. “Sans un sommeil réparateur suffisant, la réparation du tissu cérébral sera probablement ralentie ou incomplète”, détaille Killgore.

La lumière bleue supprime la production de mélatonine par le cerveau

Pour leur étude, financée par le Commandement de la recherche et du développement médical de l'armée américaine, les chercheurs ont donc suivi 32 adultes atteints d’un traumatisme crânien léger et les ont exposés à la lumière bleue d’un dispositif sous forme de cube pendant trente minutes tous les matins, tôt, pendant six semaines. Résultat des observations : la lumière bleue supprime la production de mélatonine par le cerveau, une substance chimique qui nous rend somnolents.

Par conséquent, les participants qui ont utilisé la thérapie à la lumière bleue se sont endormis et se sont réveillés une heure plus tôt qu’avant l’expérience et somnolaient moins au cours de la journée. Leur vitesse et leur efficacité de traitement du cerveau se sont par ailleurs améliorées, ainsi que leur attention visuelle. 

Grâce à la lumière bleue, ils ont donc pu réinitialiser l’horloge interne de leur cerveau, ce qui les a aidés à s’endormir plus tôt et à rester endormis, expliquent les chercheurs, car le sommeil le plus réparateur se produit quand il est en accord avec le rythme circadien naturel du corps. 

Les effets de la lumière bleue sur les patients souffrant de stress post-traumatique 

“La lumière bleue est l'un des principaux chronométreurs du cerveau. L'exposition à la lumière bleue, comme la lumière du soleil au lever du jour, indique au corps qu'il est le matin et qu'il est temps d'arrêter de dormir. Cela vous rend plus alerte pendant la journée et fait tourner l'horloge pour vous dire quand vous devez vous endormir plus tard”, déclare William Killgore.

Ainsi, “nos résultats suggèrent que l'exposition matinale à la lumière bleue aide à rétablir le cycle normal veille-sommeil chaque jour, ce qui maximise la capacité à mieux dormir pendant la nuit et permet ainsi une meilleure récupération après une commotion cérébrale”, conclut-il. 

Son équipe étudie également les effets de la lumière bleue sur le sommeil des patients atteints de troubles émotionnels comme le syndrome de stress post-traumatique. Les scientifiques s’intéressent aussi au potentiel de la lumière bleue pour stimuler la vigilance des personnes en bonne santé.

La controverse autour de la lumière bleue est loin d’être finie

Ainsi, selon cette étude, la lumière bleue, régulièrement critiquée par la science pour ses effets négatifs sur le sommeil et la concentration des jeunes qui passent trop de temps sur leur écran le soir, n’est pas mauvaise en soi. Il faut juste l’utiliser à des heures appropriées pour ne pas perturber son sommeil en faisant croire au cerveau que c’est le matin.  

Cependant, récemment, des chercheurs américains ont au contraire démontré que la lumière bleue était bénéfique pour l’horloge biologique le soir car plus proche de la lumière naturelle du crépuscule que celle, jaune et vive, de la journée. “La recherche a déjà démontré que l'harmonisation de nos horloges corporelles avec nos horaires de travail et de vie sociale peut être bonne pour notre santé. L'utilisation appropriée de la couleur pourrait nous aider à mieux y parvenir”, notaient-ils alors.

Enfin, certains scientifiques restent persuadés que la lumière bleue est néfaste en soi, quelque soit l’heure à laquelle l’organisme y est exposé. Il y a quelques mois, en travaillant sur des mouches, des chercheurs ont ainsi remarqué que celles qui étaient exposées à la lumière bleue vivaient moins longtemps que les autres. “Le fait que la lumière accélérait le vieillissement chez les mouches nous a d'abord beaucoup surpris. Nous avions mesuré l'expression de certains gènes chez les vieilles mouches et constaté que la réponse au stress et les gènes protecteurs étaient exprimés si les mouches étaient maintenues en lumière. Nous avons émis l'hypothèse que la lumière régulerait ces gènes. Puis nous avons commencé à nous demander ce qui est nocif pour elles dans la lumière, et nous avons examiné le spectre de la lumière. Il était très clair que même si la lumière sans bleu raccourcissait légèrement leur durée de vie, seule la lumière bleue raccourcissait considérablement leur durée de vie”, expliquaient-ils.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité