Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude américaine

Traumatisme crânien : 2 fois plus de risque de dépression chez l'enfant

Les enfants qui ont vécu un traumatisme crânien ou une commotion cérébrale risquent deux fois plus de développer une dépression. Un sur-risque déjà démontré chez l'adulte.

Traumatisme crânien : 2 fois plus de risque de dépression chez l'enfant BARKLIE/REX FEATURES/SIPA

  • Publié 25.10.2013 à 16h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Après un traumatisme crânien ou une commotion cérébrale, des troubles affectifs peuvent survenir. Des études se sont intéressées à l’impact d’une telle blessure sur l’adulte, mais très peu sur l’enfant. Ce 25 octobre, l’American Academy of Pediatrics (AAP) révèle une étude sur le lien entre dépression et traumatisme crânien chez l’enfant lors d’une conférence à Orlando (Floride, Etats-Unis).

 

Les chercheurs ont utilisé les données d’un sondage national sur la santé des enfants de 2007. Au total, 2 000 enfants ont connu des lésions cérébrales (1.9%) et 3 112 une dépression (3.7%). La proportion en France est similaire. Par rapport aux autres participants, les enfants avec un traumatisme crânien développent davantage de dépressions. Après avoir tenu compte des facteurs de risque (structure familiale, ethnie, âge…), les chercheurs ont conclu que ces enfants risquent deux fois plus d’être dépressifs que les autres.

 

Cette étude, selon ses auteurs, « pourrait permettre un meilleur pronostic pour les enfants qui ont eu un traumatisme crânien et faciliter l’identification chez ceux qui ont un risque élevé de dépression. »

 

Chez les adultes, la prévalence de la dépression est aussi plus importante chez les personnes ayant été victimes d'un traumatisme crânien. Selon une étude norvégienne publiée dans le Journal of Rehabilitative Medicine, elle oscille aussi sur la durée suivant la lésion cérébrale. Ainsi, 3 mois après le diagnostic, elle touche 18% des patients, 13% après un an et à nouveau 18% après 5 ans. Moins de 5% seulement ont des symptômes persistants de dépression. Une bonne connaissance des risques permettra peut-être aux médecins d’anticiper les risques de dépression chez les patients souffrant de lésions cérébrales.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité