• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Printemps et été

Notre mois de naissance pourrait jouer un rôle sur notre risque de mortalité

Selon une vaste étude américaine, notre mois de naissance influencerait notre risque de mourir d’une maladie cardiaque. Les personnes dont l’anniversaire tombe au printemps et l’été seraient les premières concernées.

Notre mois de naissance pourrait jouer un rôle sur notre risque de mortalité dohtar/iStock

  • Publié le 26.12.2019 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si la période de l’année à laquelle nous venons au monde pouvait influencer notre santé future ?

Cette question a déjà motivé de nombreux chercheurs, avec plus ou moins de succès. Des études antérieures menées dans l'hémisphère nord ont ainsi constamment établi un lien entre la naissance au printemps ou en été et un risque de décès plus élevé, avec une tendance inverse au sud de l'équateur. Cependant, la manière exacte dont le mois de naissance influence notre santé future n'était jusqu’ici pas encore claire. Une nouvelle étude américaine, publiée dans le numéro de Noël du British Medical Journal, a peut-être trouvé une explication.

Selon ses auteurs, les personnes nées au printemps et à l’été seraient davantage touchées par les maladies cardiaques que celles nées à l’automne. Cela pourrait être lié aux fluctuations saisonnières du régime alimentaire, mais aussi aux niveaux de pollution atmosphérique et à l’exposition à la lumière du soleil avant la naissance et au début de la vie.

Un risque de mortalité cardiovasculaire significatif

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont utilisé les données de 116 911 infirmières américaines recrutées dans le cadre de la Nurses' Health Study en 1976. L’objectif fixé était d’examiner les liens entre le mois de naissance des patientes et la mortalité globale, ainsi que les décès liés aux maladies cardiovasculaires.

Les participantes, qui étaient âgées de 30 à 55 ans au début de l'étude, ont rempli un questionnaire détaillé sur leur santé et leur mode de vie tous les deux ans. Les certificats de décès et les dossiers médicaux ont ensuite été utilisés pour déterminer les causes de décès sur une période de suivi de 38 ans, de 1976 à 2014. Au total, 43 000 participantes sont décédées pendant la période de l’étude dont 8 360 sont dus aux maladies cardiovasculaires.

En prenant aussi en compte d’autres facteurs familiaux, économiques et sociaux, les chercheurs ont pu constater que les femmes nées au printemps et à l’été présentaient une légère mais néanmoins significative augmentation de la mortalité cardiovasculaire par rapport à celles nés pendant l’hiver et l’automne.

Si les auteurs reconnaissent qu’il s’agit d’une étude d’observation, ils affirment que les résultats qu’ils ont obtenus “s’ajoutent aux preuves de plus en plus nombreuses qui suggèrent que les personnes nées au printemps et à l'été ont un taux de mortalité cardiovasculaire plus élevé que celles nées à l'automne.”

“D'autres études sont nécessaires pour confirmer les résultats actuels et découvrir les mécanismes de l'effet saisonnier du mois de naissance sur la mortalité cardiovasculaire”, concluent-ils.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité