Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie mentale

Schizophrénie: la maladie pourrait être diagnostiquée sur nos cheveux

Un taux plus élevé de sulfure d'hydrogène dans les cheveux pourrait expliquer certaines formes de schizophrénie. 

Schizophrénie: la maladie pourrait être diagnostiquée sur nos cheveux Andriano_cz/iStock

  • Publié 31.10.2019 à 10h30
  • |
  • Mise à jour le 31.10.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |


La schizophrénie est une des maladies mentales les plus compliqués à diagnostiquer. Selon les chiffres de l’Inserm, 600 000 personnes seraient atteintes de schizophrénie dans l’Hexagone. Dans une étude parue le 28 octobre dans la revue EMBO Molecular Medicine, des scientifiques Japonais du RIKEN Centre for Brain Science, ont découvert que le temps de réponse à un effet de surprise et les cheveux humains pourraient être des marqueurs de la schizophrénie. Selon l’équipe de chercheurs, un sous-type de schizophrénie est lié à des niveaux anormalement élevés d'hydrogène sulfuré dans le cerveau. Depuis une trentaine d’années, on sait que la schizophrénie est liée à une réaction de sursaut anormale. 

Chez les personnes en bonne santé, le temps de réponse à un effet de surprise est quelque peu diminué par un petit éclat sonore qui empêche d’être plus important. Cette salve plus petite est appelée préimpulsion et ce phénomène est appelé inhibition de préimpulsion. Les préimpusions sont plus faibles chez les schizophrènes, ce qui signifie qu'il n'y a rien pour amortir leur réaction de surprise. 

Le dépistage par les cheveux

Les chercheurs du RIKEN ont étudié les différences dans l'expression des protéines entre les souches de souris présentant des préimpulsions extrêmement faibles ou extrêmement élevés. Ils  ont trouvé une expression de l'enzyme "Mpst" considérablement plus élevée dans le cerveau des souris présentant de faibles préimpulsion, que dans celui des souris présentant des préimpulsions élevés. Comme il s'agit de l'enzyme qui aide à produire le sulfure d'hydrogène, l'équipe a mesuré cette concentration et a constaté qu'elles étaient plus élevées que chez les souris à faible préimpulsion, ce qui constitue un jalon important. 

Takeo Yoshikawa, le chef d’équipe du projet, a déclaré que le lien entre le sulfure d'hydrogène et la schizophrénie est une nouvelle ligne de pensée. “Une fois que nous l'avons découvert, nous avons dû déterminer comment cela se produisait et si ces résultats chez les souris pouvaient s'appliquer aux personnes atteintes de schizophrénie.” 

Pour réduire le nombre de Mpst comme facteur clé, les chercheurs ont créé une version Mpst à élimination directe des souris à faible préimpulsion et ont montré que leur préimpulsion était plus élevé que celui des souris à faible préimpulsion. Ils ont découvert que l'expression du gène Mpst était plus élevée dans le cerveau post-mortem des schizophrènes que dans celui des autres. Les taux de protéines Mpst correspondaient également à la gravité de l'affection. C'est là que les cheveux entrent en jeu.

Un examen des follicules pileux de plus de 150 schizophrènes a montré que leur expression d'ARNm Mpst était beaucoup plus élevée que celle des personnes non-schizophrènes. Bien que prometteurs, ces résultats ne montrent pas que le stress lié aux sulfures explique tous les cas de schizophrénie, mais cela suggère que les niveaux de Mpst dans les cheveux pourraient être un bon biomarqueur de la schizophrénie avant l'apparition d'autres symptômes. 

Cependant, la schizophrénie est causée par des facteurs génétiques et environnementaux. Les tests ont montré que des niveaux élevés de Mpst étaient liés à des changements dans l'ADN qui causaient une altération permanente de l'expression génétique. Par la suite, les scientifiques ont étudié les facteurs environnementaux qui ont conduit à une augmentation permanente de la production de Mpst. 

La schizophrénie liée à une inflammation ?

Étant donné que le sulfure d'hydrogène protège contre le stress inflammatoire, les scientifiques ont émis l'hypothèse que le stress inflammatoire lors des stades précoces du développement pourraient être la cause fondamentale de la schizophrénie. Selon Takeo Yoshikawa, les marqueurs antioxydants, y compris la production d'hydrogène sulfuré, qui compensent le stress oxydatif et la neuroinflammation pendant le développement du cerveau, seraient liés aux niveaux de Mpst dans le cerveau des personnes atteintes de schizophrénie. 

Actuellement, le traitement de la schizophrénie est axé sur la dopamine et le système sérotoninergique dans le cerveau. Cependant, les médicaments actuels ne sont pas très efficaces et ont des effets secondaires, c'est pourquoi les compagnies pharmaceutiques ont cessé de développer de nouveaux produits. Takeo Yoshikawa souligne la nécessité d'un nouveau paradigme pour le développement de nouveaux médicaments. La nouvelle recherche peut y contribuer. “Actuellement, environ 30 % des patients atteints de schizophrénie sont résistants au traitement par antagoniste des récepteurs de la dopamine D2. Nos résultats fournissent un nouveau principe ou paradigme pour la conception de médicaments et nous testons actuellement si l'inhibition de la synthèse du sulfure d'hydrogène peut atténuer les symptômes chez les souris atteintes de schizophrénie.” 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité