Publicité

QUESTION D'ACTU

Vraie fatigue ou automatisme

Pourquoi le bâillement est contagieux?

Bâiller est un automatisme lié au cortex moteur primaire. Plus on essaie d'y résister, plus l'envie est forte. 

Pourquoi le bâillement est contagieux? AaronAmat/istock

  • Publié 26.10.2019 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Votre voisin de table bâille, vous bâillez, puis quelqu’un d’autre bâille dans la pièce. Vous avez probablement déjà vécu cette scène, que vous ressentiez la fatigue ou non. D’après des chercheurs britanniques, ce réflexe serait lié au cortex moteur primaire.  

Un mécanisme existant dans certaines pathologies 

Les chimpanzés et les chiens sont eux aussi concernés par le bâillement automatique. Le fait d’imiter de manière automatique quelqu’un ou de répéter ce qu’il dit s’appelle echophenomena en anglais. Le mécanisme caractérise certaines pathologies comme l’épilepsie, le syndrome Gilles de la Tourette ou l’autisme. 

Plus on résiste, plus on a envie de bâiller

Pour mieux comprendre les causes du bâillement automatique, les chercheurs de l'université de Nottingham ont recruté 36 participants et utilisé la stimulation magnétique transcrânienne, une technique médicale de stimulation du cortex. Ils leur ont montré une vidéo de quelqu’un qui bâille et certains participants devaient essayer de résister à l’envie de bâiller, les autres pouvaient faire ce qu’ils voulaient. "Cette recherche montre que l’envie de bâiller est plus forte lorsqu’on essaie de ne pas le faire", explique Georgina Jackson, l’une des auteurs de l’étude. Par contre, ce n’est pas parce que l’on parvient à résister que nos bâillements seront moins nombreux à l’avenir. 

Utiliser ces découvertes pour soigner des troubles 

La stimulation magnétique transcrânienne a permis d’estimer le niveau d’excitabilité du cortex moteur et de déterminer la sensibilité des différents participants au bâillement contagieux. Les scientifiques ont constaté un lien entre ces deux données : le niveau d’excitabilité permet de prédire la sensibilité au bâillement automatique. "En utilisant la stimulation électrique nous avons réussi à intensifier l’excitabilité et ainsi augmenter la sensibilité au bâillement contagieux, détaille Georgina Jackson. Dans le syndrome de la Tourette, si nous réussissons à réduire l’excitabilité, nous pourrions diminuer les tics et c’est ce sur quoi nous travaillons." Les chercheurs veulent comprendre comment les modifications de l’excitabilité du cortex moteur primaire provoquent des troubles neurologiques. "Nous sommes à la recherche de traitements personnalisés, basés sur la stimulation magnétique transcrânienne, capables de moduler les déséquilibres dans les réseaux cérébraux", annonce la scientifique. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité