Publicité

QUESTION D'ACTU

Les dangers de la malbouffe

A force de ne manger que des frites et des saucisses, il perd la vue à 17 ans

Au Royaume-Uni, un jeune homme a développé une neuropathie optique toxique et carentielle à l'âge de 17 ans. D'après les chercheurs, cela aurait été provoqué par son alimentation désastreuse. Depuis des années, il ne se nourrissait que de frites, de saucisses, de pain blanc et de chips. 

A force de ne manger que des frites et des saucisses, il perd la vue à 17 ans porpeller/iStock

  • Publié 04.09.2019 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est de notoriété publique, la "junk food" est mauvaise pour la santé. Et trop de junk food peut rendre aveugle. Un Britannique de 19 ans en fait l’expérience. A force de ne manger que des frites et des saucisses pendant des années, le jeune homme a développé une neuropathie optique toxique et carentielle. Cette maladie se caractérise par une neuropathie optique (l'infarcissement de la papille optique) due à l'absorption de substances toxiques et/ou une carence nutritionnelle, explique la revue Anals of Internal Medicine qui rapportait son cas mardi 3 septembre.   

C’est à sept ans que ce garçon commence à développer des habitudes alimentaires malsaines. A partir de cet âge, il arrête de se nourrir convenablement et n’accepte plus que les chips Pringles, des saucisses, du jambon ou du pain blanc en guise de repas, raconte sa mère au journal britannique The Independant. "La première chose qu'on a remarquée, c'est lorsqu'il rentrait de l'école et qu'il n'avait pas touché son repas (…) Je lui préparais de bons sandwichs avec une pomme ou d'autres fruits et il ne voulait rien manger", témoigne-t-elle.

A partir de son entrée au collège à 11 ans, le garçon ne consomme quasiment plus que des frites achetées chez un vendeur de fish and chips. A 14 ans, se sentant perpétuellement épuisé, il consulte un médecin. Bien que son IMC soit normal (il était "maigre comme un râteau", selon sa mère) et qu’il ne présente aucun signe de malnutrition, le docteur lui diagnostique une carence en vitamine B12 et lui prescrit des injections ainsi que des conseils diététiques.

Conseils qu’il choisit manifestement d’ignorer puisqu’un an plus tard, il commence à souffrir de troubles de l’audition et de la vue. Les symptômes s’empirent jusqu’à ce qu’il ne devienne aveugle à l’âge de 17 ans. Les médecins relèvent alors des carences en vitamine B12 et en vitamine D, un niveau de zinc trop élevé et une faible densité osseuse. "Sa vision périphérique s'est peu à peu estompée. Il ne peut pas conduire et a des difficultés à lire, regarder la télévision ou discerner les visages", notent les chercheurs de l’Université de Bristol, auteurs de l’article.

Des dégâts irréversibles

D’après eux, le jeune homme est aujourd’hui atteint d’une neuropathie optique toxique et carentielle, une maladie très rare dans les pays industrialisés. "Ce cas souligne l'impact du régime sur la santé physique et mentale, mais aussi le fait que l'IMC et les calories ne sont pas des indicateurs fiables pour déterminer l'état nutritionnel", explique Denize Atan, ophtalmologue à Bristol en charge de l’étude. 

La neuropathie optique nutritionnelle peut être soignée si elle est diagnostiquée à temps. Malheureusement, dans le cas de ce garçon, les médecins n’ont pas imaginé que son régime alimentaire désastreux puisse en être à l’origine. En effet, cette maladie survient surtout dans les régions affectées par des famines. Dans les pays riches, elle est souvent provoquée par la prise de médicaments ou de tabac. Mais l’abus d’alcool ou l’exposition fréquente à des substances toxiques peuvent également être des facteurs de risque. Aussi, le fait qu’un adolescent de Bristol puisse en arriver là à cause de son alimentation est exceptionnel.

"Quand on nous a dit que les dégâts étaient irréversibles ça a été un cauchemar", raconte la mère de l’adolescent. A cause de son handicap, ce dernier est contraint d’arrêter ses études d’informatiques. Et si aujourd’hui il va mieux grâce aux vitamines prescrites par les médecins, il refuse toujours de manger des fruits et des légumes, se désolent les chercheurs.

"Les nutriments sont extrêmement importants pour la vision et l’audition"

"Lorsque ce comportement commence dès l'enfance, il a tendance à persister à l'âge adulte", explique Denize Atan. En effet, il semblerait que des troubles de la restriction ou de l’évitement d'aliments appelé ARFID (Avoidant and Restrictive Food Intake Disorder) soient à l’origine de ces problèmes de santé. Cette maladie consiste à éviter certains aliments à cause de leur texture, de leur apparence ou de leur odeur.

"De façon générale, suivre un régime monocolore et déséquilibré notamment chez les enfants qui sont en pleine croissance, conduit à des manques. Ils peuvent avoir de graves incidences sur la santé et créer de gros problèmes, comme par exemple la perte de la vision", commente Jean Lalau-Keraly, pédiatre et endocrinologue auprès de L'Express.  

Si cette histoire est incroyable, les chercheurs craignent que ce genre de cas ne deviennent de plus en plus fréquents. L’obésité et la malbouffe étant de plus en plus présents dans les pays riches et surtout chez les jeunes, les scientifiques encouragent les médecins à toujours interroger les patients sur leur régime alimentaire. "Les nutriments sont extrêmement importants pour la vision et l'audition - mais beaucoup de gens n'en sont pas conscients", conclut Denize Atan.

A l’heure actuelle, l’obésité des jeunes est en enjeu de santé publique. "L’OMS reconnaît que la prévalence croissante de l’obésité de l’enfant est le résultat de changements survenus dans la société", analyse l’Organisation. Depuis une quarantaine d’années, le nombre d’enfants et d’adolescents (âgés de 5 à 19 ans) obèses a été multiplié par 10. Si cette tendance se poursuit, d’ici 2022 le nombre des enfants et des adolescents obèses dépassera celui des jeunes en insuffisance pondérale modérée ou grave, selon une étude parue en 2017 dans la très sérieuse revue The Lancet.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité