Publicité

QUESTION D'ACTU

Neuroscience

Le cerveau ne fait pas la différence entre lire et écouter

Les processus sémantiques à l'oeuvre dans le cerveau ne différent pas selon que l'on reçoit une information en la lisant ou en l'écoutant

Le cerveau ne fait pas la différence entre lire et écouter Alina Rosanova/iStock

  • Publié 25.08.2019 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


De quoi nourrir le débat sur l'avenir du livre ... Une étude de neuroscientifiques de l'université de Californie vient de publier une étude publiée dans The Journal of Neurosciences qui montre que le cerveau fonctionne exactement de la même manière selon qu'il reçoit un message lu ou entendu.

Des images parfaitement identiques

Les chercheurs ont fait lire et écouter aux personnes participant à cette étude la même histoire. Ils ont ensuite classé les mots contenus dans cette histoire selon leur connotation (visuelle, tactile, localisée, violente, mentale, émotionnelle,, sociale) et les ont associés à un code couleur permettant de dresser en trois dimensions une carte du fonctionnement du cerveau durant ces exercices.

Résultat, que les participants aient lu ou entendu le texte, leur cerveau a délivré des images parfaitement identiques : lire un texte ou l'écouter sollicite les mêmes zones et fait intervenir des processus similaires concernant la compréhension.

"Je ne m'attendais pas à de telles similitudes"

"Nous savions que quelques régions du cerveau étaient activées de la même manière lorsque vous entendiez et lisiez le même mot, mais je ne m'attendais pas à de telles similitudes dans la représentation du sens à travers un vaste réseau de régions du cerveau dans ces deux modalités sensorielles ", a déclaré Fatma Deniz, post-doctorante à l'Université de Californie et auteure principale de l'étude.

Améliorer l'apprentissage chez les dyslexiques

Ces résultats montrent que la compréhension sémantique serait indépendante du sens, la vue ou l'ouïe, par lequel elle serait activée. Et, selon les auteurs de l'étude, cette conclusion pourrait présenter un intérêt majeur dans plusieurs domaines: améliorer l'apprentissage chez les personnes dyslexiques, identifier les différences neurologiques qui concernent la compréhension après un AVC ou chez des patients épileptiques comparés à des personnes en bonne santé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité