Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Mémoire : le jus de cerises pourrait améliorer les fonctions cognitives

Lors d'un essai, les participants ayant bu du jus de cerises acides ont obtenu de meilleurs résultats à des tests de mémoire visuelle et spatiale. 

Mémoire : le jus de cerises pourrait améliorer les fonctions cognitives lisaaMC/ISTOCK

  • Publié 03.08.2019 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les fruits font partie intégrante d’une alimentation équilibrée mais ils pourraient aussi devenir des alicaments : des aliments qui soignent. Une nouvelle recherche montre que boire du jus de cerises acides est bon pour les fonctions cognitives. Elle a été publiée dans la revue Food & Function. 

Deux verres de jus quotidiens 

37 personnes âgées de 65 à 80 ans avec des fonctions cognitives normales ont participé à ces travaux. Une partie des participants a bu 2 verres par jour pendant douze semaines, l’autre a consommé un placebo, qui avait le même goût et la même odeur mais ne contenait pas de cerise.

Tous ont passé des tests à l’issu de l’étude. Les buveurs de jus de cerises faisaient 23% d’erreurs en moins, en comparaison aux autres, dans les examens de leur mémoire épisodique visuelle, qui désigne la capacité à se souvenir du contexte ou de l’environnement en plus du fait. Lors des exercices de mémoire dans l’espace, le nombre d’erreurs dans le groupe qui a bu le jus de cerise était réduit de 18% par rapport au groupe placebo.

"Les effets bénéfiques potentielles des cerises acides sont peut-être liés aux composés bioactifs qu’elles renferment, dont les polyphénols, les anthocyanes et la mélanine, explique Sheau Ching Chai, auteure de cette étude, ils pourraient aussi être liés à la capacité de la cerise à réduire la pression sanguine, (…), comme elle peut affecter le flux de sang vers le cerveau."

Une étude financée par l’industrie 

Medical News Today pointe un biais à l’étude : elle a été financée par le Cherry Research Committee of the Cherry Marketing Institute, qui dépend d’un producteur de cerises américain. "Les donateurs n’ont eu aucun rôle dans l’élaboration de l’étude, la collecte des données, leur analyse ou leur interprétation, ou dans l’écriture, se défend l’auteure principale. (…) Les co-auteurs et moi-même n’avons aucun lien avec cette organisation." Sheau Ching Chai reconnaît toutefois que d’autres essais sont nécessaires pour confirmer ces résultats.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité