Publicité

QUESTION D'ACTU

Mystère

"Attaques acoustiques" de diplomates américains à Cuba : leur cerveau a bien "subi quelques chose"

Après avoir examiné les cerveaux des diplomates américains ayant souffert de pertes auditives et de symptômes neurologiques alors qu'ils étaient en poste à Cuba entre 2016 et 2018, des experts ont découvert qu'ils avaient bien "subi quelques chose". Les origines de ce phénomène restent toutefois méconnues. 

\ LembiBuchanan/iStock

  • Publié 25.07.2019 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Entre fin 2016 et mai 2018, des diplomates américains en poste à La Havane à Cuba ont commencé à souffrir de pertes auditives et de symptômes neurologiques variés. De nombreux médecins s’étaient alors penchés sur leur cas pour tenter de comprendre les origines de leur mal. Sans succès. Six deux ans plus tard le mystère reste entier, les malheureux gardent des traces de ces symptômes. En effet, d’après une étude parue dans le Journal de l’Académie américaine de médecine (Jama) mardi 23 juillet, les cerveaux d’une quarantaine d’entre eux présentent des différences importantes au niveau de la matière blanche. 

Sur demande du département d’État américain, 44 diplomates et membres de leurs familles ont été envoyés à partir de mi-2017 au centre des traumatismes cérébraux de l’Université de Pennsylvanie pour passer différents tests par imagerie par résonance magnétique (IRM). En comparant leurs résultats à ceux de 48 personnes de groupes témoins, les chercheurs ont remarqué des différences significatives concernant la matière blanche du cerveau ainsi que le cervelet, la partie qui contrôle les mouvements. 

Ainsi, bien que les chercheurs n’aient malheureusement pas pu expliquer les causes des symptômes observés chez les diplomates entre fin 2016 et mai 2018, ces résultats prouvent que "leur cerveau a subi quelque chose qui a causé ces changements", explique Ragini Verma, professeure de radiologie à l’université de Pennsylvanie, et spécialiste de l’imagerie médicale. "Ce n’est pas imaginaire (…) Cela s’est bien produit dans leur cerveau. Tout ce que je peux dire c’est que la vérité reste à trouver (…). Ce qu’il s’est passé n’est pas dû à un antécédent médical", poursuit-elle. Et d’insister sur l’importance de suivre régulièrement l’ensemble des patients, dont certains sont encore en rééducation, afin de suivre les évolutions dans leur cerveau. 

Cuba a immédiatement disqualifié l'étude 

A la publication de cette étude, un porte-parole du département d’Etat a salué "l’implication de la communauté médicale dans ce problème incroyablement complexe. La priorité du département reste la sûreté, la sécurité et le bien-être de son personnel".

Cuba, qui a toujours rejeté toute responsabilité dans cette affaire, s’est bien entendu empressé de disqualifier cette étude. Cette dernière "ne nous permet pas d’arriver à des conclusions scientifiques finales claires", a ainsi déclaré Mitchell Valdés-Sosa, directeur du Centre des neurosciences de l’État cubain, lors d’une conférence de presse mardi. Cette recherche "ne prouve pas, contrairement à ce qui a été spéculé et à ce qui est affirmé dans l’article précédent (de la Jama, publié en mars 2018), qu’un groupe de diplomates a souffert des lésions cérébrales pendant leur séjour à Cuba", insiste-il. 

Tout commence à la fin de l’année 2016 quand plusieurs diplomates travaillant à l’ambassade de Cuba ainsi que des membres de leur famille font part de troubles physiques étranges. Ils se plaignent de "brouillard cognitif" soit des maux divers incluant des problèmes d’équilibre et de vertige, de coordination, de mouvement des yeux, ainsi que de l’anxiété, de l’irritabilité. A partir d’août, le département américain commence à rapatrier des diplomates. 

De nouvelles tensions un an après la réouverture de l'ambassade américaine à Cuba  

Afin d’éviter une crise diplomatique un peu plus d'un an après la réouverture de l’ambassade américaine à Cuba après 54 ans de guerre froide, l’administration américaine parle d’abord d’incidents. Avant de finalement évoquer des "attaques". L’idée d’une "attaque sonique" d’un nouveau genre est notamment avancée par un syndicat de la diplomatie américaine. Toutefois, les médecins en charge du dossier s’empressent d’écarter cette théorie. "Il n’existe pas de mécanisme connu qui permette à un son audible de détériorer le cerveau. Nous devons soupçonner que c’est une conséquence d’autre chose", disent-ils. 

Dans le mêmes temps, la BBC révèle que cinq ressortissants canadiens et leurs familles sont également touchés. Avant d’être eux-aussi rapatriés, ils évoquent "de légères lésions cérébrales d’origine traumatique et une perte définitive d’audition", ainsi qu'une perte d’équilibre, des migraines aiguës, des troubles cognitifs et des œdèmes cérébraux". Mais si toutes les victimes ont des symptômes s’apparentant à une commotion cérébrale, personne n’a d’antécédents de traumatisme crânien, note le Dr Christopher Muth, alors chargé d’étudier les diplomates américains. "Ces résultats ne sont que préliminaires car nous ne disposons d’aucune information permettant de comparer la santé cérébrale ou auditive des patients avant leur départ pour Cuba. Conséquence : avant d’aboutir à des conclusions définitives, il faut obtenir des preuves supplémentaires et les évaluer rigoureusement et objectivement", met-il alors en garde. 

En conséquence de cette étrange affaire, Donald Trump, qui avait déjà renforcé l’embargo contre Cuba en vigueur depuis 9162, a réduit la moitié de la présence diplomatique des Américains à Cuba et pour procéder à une demande de visa pour les Etats-Unis, les Cubains doivent désormais se rendre dans un pays tiers. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité