Publicité

QUESTION D'ACTU

Mystère médical

Cuba : 16 diplomates américains victimes d'une attaque acoustique

Des diplomates américains en poste à Cuba se sont plaints de vertiges, nausées et pertes d'audition. Ils auraient été victimes d'ultrasons. 

Cuba : 16 diplomates américains victimes d'une attaque acoustique Ambassade des Etats-Unis à La Havane (Cuba) Ramon Espinosa/AP/SIPA

  • Publié 26.08.2017 à 09h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Une mystérieuse maladie semble s’être répandue à l’ambassade américaine à Cuba cette année. Au moins 16 diplomates auraient été victimes d’une « attaque acoustique », a indiqué ce jeudi 24 août le département d’Etat américain. Un diplomate canadien aurait également été touché.

Selon les médias américains, ils se sont plaints de violents maux de tête, de perte d’audition, de vertiges et de nausées. La chaîne américaine CBS News, qui a pu consulter les dossiers médicaux, ajoutait hier que certains diplomates ont présenté des lésions cérébrales.
Début août, le New York Times indiquait même qu’un des malades les plus touchés avait développé une maladie du sang. Une description des symptômes qui n’a toujours pas été confirmée par le département d’Etat.

Si cette affaire n’a été dévoilée qu’au début du mois d’août, le personnel de l’ambassade serait tombé malade fin 2016. Inquiète l’administration de Donald Trump a alors demandé à des médecins de l’université de Miami d’examiner son personnel sur place. Certains ressortissants ont même dû être rapatriés.


Une attaque sans précèdent

Des incidents « inédits » que le gouvernement américain « prend très au sérieux », a déclaré la porte-parole Heather Nauert devant la presse ce matin. Elle a toutefois refusé de préciser comment ces attaques ont pu être perpétrées. Selon les médias américains, elles auraient été menées à l’aide d’appareils sophistiqués capables de diffuser des ultrasons. Ils auraient été placés au domicile des diplomates ou dans les alentours.

La porte-parole de l’administration Trump ne s’est pas non plus avancée sur l’identité des agresseurs. Une inconnue qui n’a pas empêché les Etats-Unis de réprimander Cuba.
Le 23 mai dernier, Washington a décidé d’expulser deux diplomates cubains en poste dans la capitale. Et début août, Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat américain, a demandé à Cuba de « faire la lumière sur cette affaire ». Une demande entendue par La Havane qui a annoncé avoir lancé une enquête « exhaustive, prioritaire et urgente ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

« A qui profite le crime ? »

Survenue dans un climat tendu entre les deux ennemis de longue date, cette mystérieuse attaque interroge. Des spécialistes français et américains soulignent que Cuba n’a aucun intérêt d’attaquer physiquement des diplomates américains et canadiens. « Cela ne ressemble pas à ce que ferait le gouvernement cubain », estime dans les colonnes du New York Times , Benjamin Rhodes, un ancien conseiller de Barack Obama qui a participé au rapprochement avec Cuba en 2015.

Sur France Info, Antoine Lefébure, expert dans le domaine des nouvelles technologies et historien, partage cet avis et va même plus loin. Pour lui, ces attaques pourraient être d’origine américaine. « Les Américains changent de politique à Cuba, il faut qu’ils aient des arguments, il faut se demander à qui profite le crime, explique-t-il.

Véritable possibilité ou hypothèse complotiste ? Une chose est sûre, les spéculations vont bon train.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité