Publicité

QUESTION D'ACTU

Une première !

Une souche du virus du rhume peut traiter le cancer de la vessie

Une souche du virus du rhume aurait la capacité de cibler, d’infecter et de détruire les cellules cancéreuses chez les patients atteints du cancer de la vessie.

Une souche du virus du rhume peut traiter le cancer de la vessie wildpixel/iStock

  • Publié 05.07.2019 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une découverte qui pourrait révolutionner le traitement du cancer de la vessie.

Dans un article publié dans la revue médicale Clinical Cancer Research Reports, des chercheurs de l'Université de Surrey et du Royal Surrey County Hospital révèlent avoir découvert que l’exposition au virus coxsackievirus oncolytique (CVA21), une souche naturelle du rhume, était capable de cibler, d’infecter et de détruire les cellules cancéreuses chez des patients atteints de cancer non invasif de la vessie. Testée sur 15 patients, cette souche du virus du rhume s’est révélée très efficace, puisqu’aucune trace de cancer n’a été retrouvée chez les patients après le traitement.

Des traitements actuels peu efficaces

Septième cancer le plus courant en France, le cancer de la vessie touche environ 12 000 personnes chaque année dans l’Hexagone, en majorité des hommes. Ce type de cancer touche les cellules de la paroi interne de la vessie : il se développer à partir d’une cellule normale qui se transforme, puis se multiplie de façon anarchique, jusqu’à former une tumeur.

Dans 90% des cas, le cancer de la vessie se forme à partir des cellules de la muqueuse (épithélium urothélial). Il s’agit d’une forme non-infiltrante de cancer, qui prend alors le nom de carcinome urothélial. Les traitements existants sont loin d’être 100% efficaces.

Ainsi, la résection transurétrale de vessie (RTUV), qui consiste à supprimer les lésions visibles en passant par l’urètre, présente un taux de récidive tumorale allant de 50% à 70%. Quant à l’immunothérapie avec Bacille Calmette-Guérin, un traitement courant à base de bactérie, il s’est révélé avoir des effets secondaires graves pour un tiers des patients atteints de cancer de la vessie, tandis qu’un autre tiers n’y répond pas du tout.

Vers la fin de la chimiothérapie ?

Ce traitement pionnier est donc prometteur. Il a été testé sur quinze patients qui, une semaine avant l'intervention chirurgicale prévue pour l'ablation de leurs tumeurs, ont tous reçu un AVC21 au moyen d'un cathéter dans la vessie. L’examen d’échantillons de tissus après l’intervention chirurgicale sont très encourageants. Ils montrent que le virus n’a ciblé que les cellules cancéreuses et a laissé intactes toutes les autres cellules. Les chercheurs ont découvert que le virus avait infecté les cellules cancéreuses et s'était répliqué, ce qui a provoqué leur destruction.

Après le traitement par le virus, la mort cellulaire a été identifiée dans la majorité des tumeurs des patients. Chez un patient, aucune trace du cancer n'a même été décelée au cours de l'intervention chirurgicale. "Coxsackievirus pourrait aider à révolutionner le traitement de ce type de cancer", estime Hardev Pandha, chercheur principal de l'étude et professeur d'oncologie médicale à l'Université de Surrey, qui précise qu’aucun effet secondaire n’a été recensé chez les patients.

"Traditionnellement, les virus ont été associés à la maladie, mais ils peuvent aussi améliorer notre santé et notre bien-être en détruisant les cellules cancéreuses", ajoute le Dr Nicola Annels, chercheur à l'Université de Surrey, a déclaré. "Les virus oncolytiques comme le coxsackievirus pourraient transformer la façon dont nous traitons le cancer et signaler l'abandon de traitements plus établis comme la chimiothérapie."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité