Publicité

QUESTION D'ACTU

Neurosciences

Actualités, réseaux sociaux... : comment notre cerveau nous rend accro à l’info

Selon une nouvelle étude, les informations joueraient le même rôle que l’argent et les sucreries sur notre cerveau en agissant sur notre circuit de la récompense.

Actualités, réseaux sociaux... : comment notre cerveau nous rend accro à l’info gorodenkoff /iStock

  • Publié 29.06.2019 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Se ruer sur notre smartphone à la moindre notification, vérifier régulièrement si nous avons reçu des mails importants ou encore surfer compulsivement sur les réseaux sociaux… À l’heure où les nouvelles technologies font partie intégrante de notre quotidien et où les "bip" nous indiquant l’arrivée d’un nouveau message rythment nos journées, nous sommes tous plus ou moins concernés par ces comportements.

Mais peut-on aller jusqu’à dire que nous sommes accro à l’information ou aux réseaux sociaux ? C’est en tout cas la thèse développée par des chercheurs de la Haas School of Business de l'Université de Berkeley. Dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ils expliquent que l'information agit sur le circuit de récompense du cerveau en produisant de la dopamine. Soit exactement de la même manière que le font l’argent ou les sucreries.

"Pour le cerveau, l'information est sa propre récompense, au-delà de son utilité", explique le neuroéconomiste Ming Hsu. "Et tout comme nos cerveaux aiment les calories vides de la malbouffe, ils peuvent surévaluer l'information qui nous fait nous sentir bien mais qui n'est peut-être pas utile, ce que certains appellent la curiosité oisive."

L’anticipation de la récompense rend l’information précieuse

Dans leur étude, le chercheur et son étudiant ont montré que le cerveau convertit l'information en curiosité et comment cette façon dont nous la consommons produit une dépendance au numérique. "Nous avons pu démontrer pour la première fois l'existence d'un code neuronal commun entre l'information et l'argent, qui ouvre la porte à un certain nombre de questions passionnantes sur la façon dont les gens consomment, et parfois trop, l'information", poursuit le Pr Hsu.

Pour mieux comprendre comment fonctionne ce phénomène, les chercheurs ont scanné le cerveau des gens pendant qu'ils jouaient à un jeu de hasard. Chaque participant a reçu une série de loteries et a dû décider combien il était prêt à payer pour en savoir plus sur les chances de gagner. Dans certains cas, l'information était précieuse pour espérer remporter plus, dans d’autres elle ne valait pas grand-chose, par exemple lorsque l'enjeu était faible.

Dans la plupart des cas, les participants ont fait des choix rationnels en fonction de la valeur économique de l'information, c’est-à-dire combien d'argent elle pouvait les aider à gagner. Mais les chercheurs se sont aperçus qu’ils avaient aussi tendance à surévaluer l'information en général, et particulièrement dans les loteries de grande valeur. Il semble que les enjeux plus élevés aient accru la curiosité des gens à l'égard de l'information, même lorsque l'information n'a eu aucun effet sur leurs décisions.

Les chercheurs ont estimé que ces ressorts de la recherche d’information tenaient tant à des motifs économiques que psychologiques : les gens ont "acheté" l’information non seulement en fonction de ses avantages réels, mais aussi en fonction de l'anticipation de ses avantages, qu'elle ait été utilisée ou non.

Pour le Pr Hsu, c'est comme vouloir savoir si nous avons reçu une belle offre d'emploi, même si nous n'avons pas l'intention de l'accepter. "L'anticipation sert à amplifier à quel point quelque chose semble bon ou mauvais, et l'anticipation d'une récompense plus agréable rend l'information encore plus précieuse", analyse-t-il.

Le même effet que la junk food

Les chercheurs se sont aussi demandé comment notre cerveau réagit à l’information. En analysant les IRM des participants, ils ont découvert que l'information sur les cotes des jeux avait activé les mêmes régions du cerveau que celles produisant de la dopamine et activées par la junk food, l’argent ou les drogues.

Ils ont aussi découvert que la curiosité au sujet de l’information produisait le même code neuronal que celui qu’il produit pour de l’argent ou d’autres récompenses concrètes. "Nous pouvons regarder dans le cerveau et dire à quel point quelqu'un veut un élément d'information, puis traduire cette activité cérébrale en montants monétaires", précise le chercheur.

Bien que la recherche ne porte pas directement sur la surconsommation d'information numérique, le fait que l'information engage le système de récompense du cerveau est une condition nécessaire pour le cycle de la dépendance. "La façon dont notre cerveau réagit à l’anticipation d’une récompense agréable est une raison importante pour laquelle les gens sont sensibles au clickbait", note le Pr Hsu.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité