Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Cerveau : les champignons protégeraient du déclin cognitif

On sait depuis un moment maintenant que les champignons comestibles sont nutritifs et particulièrement riches en antioxydants. Mais les chercheurs s’intéressent aujourd’hui à leurs effets bénéfiques sur le cerveau.

Cerveau : les champignons protégeraient du déclin cognitif NatashaBreen / Istock

  • Publié 16.03.2019 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Ce ne sont ni des légumes ni des plantes : les champignons sont une catégorie à part, appelée "fongiques". Ils contiendraient une grande quantité de fibres alimentaires, d'antioxydants et de protéines, ainsi que de vitamines et de minéraux, qu'ils soient cultivés ou sauvages. Très appréciés dans la cuisine du monde, ils ne nous auraient pas encore livrés tous leurs secrets… En effet, des chercheurs de l'Université nationale de Singapour ont découvert qu’intégrer des champignons dans notre régime alimentaire - même par petites portions – diminuerait les risques de déficience cognitive légère (MCI).

La MCI est caractérisée par des troubles légers de la mémoire et des problèmes de langage et d’orientation. Si ce trouble n’est que légèrement handicapant, il est souvent précurseur de la maladie d'Alzheimer. Pour prouver que les champignons préserveraient de la déficience cognitive légère, les chercheurs ont mené une nouvelle étude à Singapour pendant 6 ans. Leurs conclusions ont été publiées dans le Journal of Alzheimer's Disease.

Les risques de déclin cognitif divisé par deux

Menée de 2011 à 2017, l'étude comprenait 663 participants âgés de 60 ans et plus. Les chercheurs se sont concentrés sur la consommation de certains des champignons les plus courants consommés à Singapour : les champignons dorés, les champignons Oyster, les champignons shiitake, les champignons blancs, les champignons séchés et les champignons en conserve.

L'équipe a défini une portion de champignons cuits à 150 grammes. Pour évaluer le lien entre la consommation de champignons et le risque de MCI, les chercheurs ont également mesuré les capacités cognitives des participants. Pour cela, ils se sont basés sur des tests neuropsychologues standards ainsi que des tests de QI couramment utilisés. Après analyse des résultats, les chercheurs ont découvert que la consommation de plus de deux portions de champignons cuits par semaine pourrait réduire de moitié le risque de MCI !

Une explication dans la composition du champignon

L’auteur de l’étude, le professeur Lei Feng, a lui-même été surpris d’avoir des résultats si encourageants. Selon l’équipe de chercheurs, il pourrait y avoir une explication dans la composition des champignons : on y trouve de l’ergothioneine (ET), "un antioxydant et anti-inflammatoire unique que les humains sont incapables de synthétiser par eux-mêmes", expliquent les chercheurs. Une précédente étude a déjà émis l’hypothèse que l’ET pourrait avoir un effet direct sur le risque de déclin cognitif. Dans une prochaine étude, les chercheurs vont donc mener des essais contrôlés pour tester l’effet de l’ET sur la santé du cerveau – et particulières sur le MCI.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité