Publicité

QUESTION D'ACTU

élotuzumab

Myélome : l’espoir de l’immunothérapie combinée en cas de rechute

Selon une nouvelle étude publiée dans le "New England of Medicine", les patients atteints d’un myélome multiple en récidive ou réfractaire ont davantage de chances de survie s’ils ont reçu un anticorps monoclonal immuno-stimulateur en complément du traitement habituel.

Myélome : l’espoir de l’immunothérapie combinée en cas de rechute luchschen/iStock

  • Publié 09.11.2018 à 17h59
  • |
  • |
  • |
  • |


Longtemps incurable, le myélome multiple bénéficie depuis quelques années d’une avancée significative des traitements, donnant ainsi un réel espoir de survie sans rechute aux malades.

De nouvelles recherches, publiées dans le New England Journal of Medicine, vont à nouveau en ce sens. Menées par l'Université  d'Athènes, elles mettent en lumière les bénéfices de l’immunothérapie combinée chez les patients atteints d’un myélome multiple en récidive ou réfractaire.

Un taux de survie sans progression plus de 2 fois supérieur

En effet, affirment les chercheurs, pour les patients atteints de myélome multiple chez qui le traitement par le lénalidomide et un inhibiteur du protéasome a échoué, la survie sans progression est plus longue lorsqu’ils reçoivent l'anticorps monoclonal immunostimulateur élotuzumab en complément du pomalidomide et de la dexaméthasone, par rapport au pomalidomide et à la dexaméthasone seuls.

Le pomalidomide est un immunomodulateur indiqué dans la prise en charge du myélome multiple. Il est indiqué en association avec la dexaméthasone, dans le traitement du myélome multiple en rechute et réfractaire chez les patients adultes ayant déjà reçu au moins deux traitements antérieurs comportant le lénalidomide et le bortézomib et dont la maladie a progressé pendant le dernier traitement.

Un cancer fréquent

Deuxième cancer du sang le plus fréquent après la leucémie, le myélome se caractérise par la prolifération dans la moelle osseuse de plasmocytes, des globules blancs sécrétant des anticorps (ou immunoglobulines), mais dont la présence en excès entraîne une diminution des autres anticorps, en raison de l’étouffement de leurs cellules productrices dans la moelle, ainsi qu’une fragilisation du squelette osseux. Ceci conduit à une diminution des anticorps normaux de défense contre les infections et à l’augmentation du risque d’infection.

Par ailleurs, la présence surabondante de cet anticorps monoclonal, dont l'organisme n'a pas besoin, entraîne un dysfonctionnement des reins et des autres organes. Dans certains cas, ces cellules myélomateuses ne fabriquent qu'un fragment d'anticorps ("chaînes légères"), voire pas d'anticorps du tout.

Une étude de validation

En 2016, une étude de phase III considérait déjà comme prometteuse l’association de l’anticorps monoclonal élotuzumab, en dose de 10 mg/kg, en combinaison avec le lénalidomide et la dexaméthasone. Cette fois-ci, les chercheurs ont assigné au hasard 117 patients atteints de myélome multiple réfractaire ou récidivant à un premier groupe recevant du pomalidomide et de la dexaméthasone en plus de l’élotuzumab (60 patients) et à un deuxième groupe du pomalidomide et du dexaméthasone seuls (groupe témoin de 57 patients).

Ils ont alors découvert que le taux médian de survie sans progression était respectivement de 10,3 et 4,7 mois dans les groupes à l’élotuzumab et le témoin, après une période de suivi minimale de 9,1 mois. Par rapport au groupe témoin, le rapport de risque de progression de la maladie ou de décès était de 0,54 dans le groupe ayant reçu de l’élotuzumab. Le taux de réponse global a été de 53% chez les patients ayant reçu de l’élotuzumab, contre 26% pour les patients du groupe témoin.

Réduction du risque de décès

De manière générale, donc, le risque de progression ou de décès était significativement plus faible chez ceux traités par élotuzumab en plus du pomalidomide et de la dexaméthasone par rapport à ceux recevant seulement du pomalidomide et de la dexaméthasone.

Par ailleurs, les effets indésirables de grade 3 ou 4 étaient moindres chez les patients ayant reçu de l’élotuzumab par rapport à ceux du groupe témoin : la neutropénie (13% dans le groupe élotuzumab par rapport à 27% dans le groupe témoin), l’anémie (10% contre 20%) et l’hyperglycémie (8% par rapport à 7%).

"Les résultats obtenus jusqu'à présent sont encourageants, mais un suivi étendu est nécessaire pour déterminer l'efficacité à long terme et les résultats en matière de sécurité, y compris l'analyse finale de la survie globale", écrivent les auteurs de l’étude.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité