Publicité

QUESTION D'ACTU

Parodontite

Alzheimer : attention, une infection des gencives peut être à l'origine de la maladie

Les infections des gencives, comme la parodontite, seraient à l'origine du développement de la maladie d'Alzheimer. La bactérie dentaire migrerait en effet de la bouche au cerveau. Explications. 

Alzheimer : attention, une infection des gencives peut être à l'origine de la maladie vizualni / istock

  • Publié 18.10.2018 à 11h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Université de l'Illinois à Chicago, l'exposition à long terme à des bactéries responsables de maladies parodontales provoque chez la souris une inflammation et une dégénérescence des neurones du cerveau semblables aux effets de la maladie d'Alzheimer chez les humains.

"Une grande surprise"

Les résultats, qui sont publiés dans PLOS ONE, indiquent qu’une infection courante des gencives pourrait être à l'origine de la maladie d'Alzheimer, incurable aujourd’hui. "D'autres études avaient déjà démontré une association étroite entre la parodontite et la déficience cognitive, mais il s'agit de la première recherche qui prouve que l'exposition à la bactérie parodontale entraîne la formation de plaques qui accélèrent le développement de la neuropathologie chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer", déclare le Dr Keiko Watanabe, directeur de l’étude et spécialiste en parodontie. "Cela a été une grande surprise. Nous ne nous attendions pas à ce que l'agent pathogène parodontal ait autant d'influence sur le cerveau ou que ses effets ressemblent à ceux de la maladie d'Alzheimer", ajoute-t-il.

Pour étudier l'impact de la bactérie sur la santé du cerveau, l’équipe a appliqué la bactérie parodontale dans la bouche de dix souris sauvages. Dix autres souris ont servi de groupe témoin. Après 22 semaines d’expérience, les chercheurs ont étudié les tissus cérébraux de toutes les souris et comparé leur santé cérébrale.

Des bactéries de la bouche au cerveau

Les chercheurs ont alors découvert que les souris exposées de façon répétée à la bactérie présentaient des quantités beaucoup plus élevées de bêta-amyloïde accumulée, une substance présente dans les tissus cérébraux des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Elles souffraient également plus d'inflammation cérébrale et avaient de nombreux neurones abimés.

Par ailleurs, l'ADN de la bactérie parodontale a été retrouvé dans leur tissu cérébral. "Nos données démontrent non seulement le mouvement des bactéries de la bouche au cerveau, mais aussi que l'infection chronique entraîne des effets neuronaux semblables à ceux de la maladie d'Alzheimer", constatent les chercheurs. Dans leur optique, il est essentiel de comprendre la causalité et les facteurs de risque du développement de la maladie d'Alzheimer pour mettre au point de nouveaux traitements.

Aujourd’hui en France, près de 3 millions de personnes sont directement ou indirectement touchées par la maladie d’Alzheimer. Près de 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. D’ici 2020, le pays comptera probablement 1 275 000 personnes malades.


Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité