Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Troubles du sommeil : comment dormir moins de 4h par nuit impacte nos capacités cognitives

La plus large étude menée sur le sommeil a révélé qu'un sommeil trop court ou trop long a un impact négatif sur nos capacités cognitives. Explications.

Troubles du sommeil : comment dormir moins de 4h par nuit impacte nos capacités cognitives millann/iStock

  • Publié 13.10.2018 à 14h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Nous sommes de plus en plus nombreux à nous plaindre de divers troubles du sommeil, ce qui entraîne des modifications chimiques dans notre cerveau. Selon une enquête menée en 2015 par l'Institut national du sommeil, 16% des Français déclarent souffrir d’insomnie, 17% de troubles du rythme du sommeil, 5% du syndrome des jambes sans repos et 4% d’apnée du sommeil. 

Une nouvelle étude conduite par des chercheurs canadiens de la Western University's Brain and Mind Institute a révélé l’impact des mauvaises nuits sur les capacités cognitives de notre cerveau. Les résultats ont été publiés dans la revue SLEEP.

La plus large étude sur le sommeil

L’étude, commencée en juin 2017, est la plus large jamais menée sur le sommeil. Lancée en ligne, elle a collecté les données de plus de 40 000 personnes dans les premiers jours. "Nous voulions vraiment capturer les habitudes de sommeil des gens du monde entier. De toute évidence, de nombreuses études du sommeil sur des personnes en laboratoire ont été menées, mais nous voulions savoir comment est le sommeil dans le monde réel", explique Adrian Owen, chercheur en neurosciences cognitives et directeur de l’étude.

Le nombre important et la diversité des profils des participants ont permis aux chercheurs de comparer l’impact de la privation de sommeil sur des personnes aux âges, professions et modes de vie différents.

"Nous avions un questionnaire assez long, détaille Adrian Owen. Les participants nous ont indiqué notamment quels médicaments ils prenaient, quel âge ils avaient, où ils étaient dans le monde et quel type d’éducation ils avaient reçu. Tous ces facteurs pourraient avoir contribué à certains des résultats".

Trop ou pas assez dormir, mêmes résultats

Résultat, quel que soit l’âge ou le mode de vie des participants, ceux qui ont trop ou pas assez dormi ont présenté de moins bons résultats aux tests cognitifs. "Nous avons constaté que la quantité optimale de sommeil nécessaire au bon fonctionnement du cerveau est de 7 à 8 heures par nuit", explique Adrian Owen.

Parmi les fonctions cognitives les plus impactées par les troubles du sommeil, on trouve la capacité d'expression orale. Les chercheurs ont également noté des difficultés dans la faculté à résoudre des problèmes. En outre, les personnes qui ont dormi 4h ou moins ont présenté des performances cognitives comparables à celles d’un enfant de 8 ans.

Un constat alarmant sur notre qualité de sommeil

Autre découverte inattendue : le faible impact du sommeil sur la mémoire à court terme. Un résultat qui interroge les chercheurs car des études précédentes ont montré des pertes de mémoire causées par une nuit blanche. Grâce à leur étude, ils estiment que ces troubles de la mémoire sont dues à des mauvaises habitudes de sommeil sur le long terme et non pas par une privation de sommeil sur une courte période.

Selon eux, une nuit de sommeil semble pouvoir permettre de réparer les dégâts cognitifs causés par une nuit trop courte. En effet, les participants qui ont dormi plus longtemps que d’habitude la nuit précédent les tests ont présenté de meilleurs résultats que ceux ayant dormi comme à leur habitude.

Enfin, les chercheurs concluent que le sommeil et ses conséquences doivent être davantage pris en compte. "Ces résultats ont des implications importantes dans le monde réel, car de nombreuses personnes, y compris celles occupant des postes à responsabilité, dorment très peu et risquent de souffrir de troubles de raisonnement, de résolution de problèmes et de communication au quotidien."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité