Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunothérapie

Cancer de l’ovaire: résultats prometteurs d’une association d’immunothérapie

Une nouvelle stratégie immuno-thérapeutique, associant ipilimumab et nivolumab, donne des résultats très prometteur dans les cancers de l’ovaires en phase de rechute.

Cancer de l’ovaire: résultats prometteurs d’une association d’immunothérapie KatarzynaBialasiewicz/istock

  • Publié 20.09.2018 à 22h22
  • |
  • |
  • |
  • |


L’addition d'ipilimumab, un anticorps monoclonal ciblant le récepteur immunomodulateur CTLA-4, au nivolumab, un inhibiteur du PD1, le processus de camouflage des cellules tumorales, améliorerait la réponse tumorale et le taux de survie sans progression chez les femmes souffrant d'un cancer récidivant de l'ovaire.

Ces résultats ont été présentés en « late-breaking session » lors de la 17e réunion de la Société Internationale du Cancer Gynécologique (IGCS) à Kyoto, au Japon.

Une étude randomisée préliminaire

L’étude a évalué la différence de réponse de la tumeur chez 100 femmes sur une période de six mois qui ont été tirées au sort entre le nivolumab seul et le une association d'ipilimumab et de nivolumab, suivi du nivolumab seul en traitement d'entretien.
Six réponses (12,2%) ont été observées dans le groupe monothérapie et 16 (31,4%) dans le groupe association d’immunothérapie. Une réponse de plus est apparue dans le groupe association après la période d'évaluation de six mois. Il existe une augmentation du risque d’événements indésirables (grade 3 ou plus) mais sans aucun décès lié au traitement.

Une innovation pour un cancer difficile à traiter

Le cancer de l’ovaire est une maladie difficile à diagnostiquer précocement en raison de son évolution à bas bruit et de la rareté des signes cliniques spécifiques qui le caractérise. La plupart des cancers sont donc diagnostiqués à un stade tardif où les traitements sont moins efficaces. Cette association d’immunothérapie semble répondre aux espoirs qui étaient mis en elle.
"De mon point de vue, il s’agit de la première preuve que l’adjonction d’un immuno-modulateur CTLA4 à la thérapie ciblée PD-1 chez les patientes atteintes de cancer de l’ovaire pourrait être plus efficace que la thérapie ciblée PD-1, en traitement de première ligne comme adjuvant à la chimiothérapie standard ", a déclaré Robert A. Burger, qui a présenté cette étude préliminaire et professeur d'obstétrique et de gynécologie à la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie.

L’étude était un essai préliminaire qui n’avait pas été conçu pour détecter une différence dans la survie globale, ce qui est du ressort d’une étude contrôlée à venir.

Burger RA, Sill M, Zamarin D, Powell D, Frak I, Zivanovic O, Gunderson C, Ko E, Matthews C, Sharma S, Hagemann A, Khleif S, Aghajanian C. (2018, September). NRG Oncology Phase II Randomized Trial of Nivolumab with or without Ipilimumab in Patients with Persistent or Recurrent Ovarian Cancer. Abstract presented at the Biennial Meeting of the International Gynecologic Cancer Society (IGCS), Kyoto, Japan.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité