Publicité

QUESTION D'ACTU

Soins de santé

Mal de dos : le secret c'est de bouger, assure l'Assurance Maladie

Alors que de nombreuses personnes pensent que le mal de dos se soigne par l'immobilité, il faut au contraire continuer d'avoir une activité physique régulière pour guérir, assure l'Assurance Maladie dans une nouvelle campagne de sensibilisation sur la lombalgie. 

Mal de dos : le secret c'est de bouger, assure l'Assurance Maladie KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié 15.09.2018 à 09h10
  • |
  • |
  • |
  • |


"Mal de dos ? Le bon traitement c’est le mouvement". Contrairement à la croyance populaire, pour venir à bout du mal de dos, il faut bouger, explique l’Assurance maladie dans une nouvelle campagne de sensibilisation sur cette affliction qui se manifeste le plus souvent sous la forme d’une lombalgie. Cette dernière, qui touche le bas de la colonne vertébrale et correspond à des douleurs lombaires sans rapport avec une cause fracturaire, représente le deuxième motif de consultation chez le médecin généraliste en France, entraînant un arrêt de travail dans un cas sur cinq.  

En effet, "quatre personnes sur cinq souffriront de lombalgie commune au cours de leur vie, et plus de la moitié de la population française a eu au moins un épisode de mal de dos dans les douze derniers mois", explique l’Assurance Maladie sur son site Ameli.fr. "Ce symptôme est un motif de consultation fréquent, au 2ème rang des motifs de consultation pour la lombalgie aiguë (moins de 4 semaines) et au 8ème rang pour la lombalgie chronique (plus de 3 mois)", détaille-t-elle.

Pourtant, malgré la banalisation de ce mal, de nombreux Français en ont une vision erronée. En effet, selon une enquête réalisée par BVA en avril 2018, 45% des sondés estiment que le meilleur remède contre la lombalgie est le repos, ce qui est complètement faux, insiste l’Assurance Maladie sur son site internet. "Pour faire passer la douleur et ne pas la laisser s’installer, il faut continuer à bouger", explique-t-elle ainsi dans un clip vidéo déjà paru en 2017 et qui revient à la télévision aujourd’hui.

Monter les escaliers, nager sur le dos, s’étirer…

Dans le but de développer un "nouveau comportement conforme aux recommandations médicales" concernant le mal de dos, l’Assurance Maladie a également développé une application mobile Activ’Dos "pour accompagner tous ceux qui veulent préserver la santé de leur dos". "Composée de vidéos d’exercices et de postures, elle peut être proposée aux patients en soutien d’une rééducation active", explique-t-elle, évoquant également sa page Facebook Maldedos.lebonmouvement, ainsi qu’une brochure à distribuer aux patients dans les cabinets médicaux

Dans cette dernière, l’Assurance maladie propose divers exercices de relaxation, d’étirements et de renforcements musculaires. Le "seul le mouvement entretient la tonicité musculaire, la force ligamentaire et permet de lutter contre la lombalgie et sa chronicisation", insiste-elle, recommandant également de marcher rapidement, de monter les escaliers, ou encore de nager sur le dos. Autres conseils prodigués : adapter son environnement (la hauteur du plan de travail) et éviter de réaliser des examens d’imagerie avant 4 à 6 semaines de mal de dos.

Mais si de trop nombreuses personnes pensent encore qu’il faut rester immobile quand on a mal au dos, elles sont toutefois moins qu'avant, se félicite l’Assurance Maladie selon qui la campagne de sensibilisation lancée en 2017 est à l’origine de cette évolution. En effet, dans le sondage BVA de l’année dernière, près de 7 personnes sur 10 pensaient que "le meilleur remède contre la lombalgie est le repos", tandis qu’aujourd’hui 87 % des Français et 95 % des médecins généralistes interrogés recommandent au contraire "une activité physique adaptée".

Un coût direct et indirect colossal pour les dépenses publiques  

"Ces résultats sont très positifs car ils démontrent que les patients adoptent déjà un nouveau comportement en pratiquant une activité physique en cas de lombalgie. Cette évolution est parfaitement en phase avec les points clés et les bonnes pratiques que le groupe de travail pluridisciplinaire mis en place par l’Assurance Maladie a fait émerger il y a tout juste un an. Prendre l’initiative de poursuivre sa vie quotidienne en maintenant ses activités personnelles et professionnelles est primordial. C’est la clé d’une récupération plus rapide et cette démarche aide à la prévention de la rechute", explique le Pr Olivier Lyon-Caen, médecin-conseil national de l’Assurance Maladie.

Si cette dernière prend le sujet autant à cœur, c’est parce que les lombalgies représentent un coût direct et indirect colossal pour la France. Dans le détail, ces dépenses sont estimées à 661 millions d'euros, dont 353 millions pour les arrêts de travail pour la branche maladie. Pour la branche accidents du travail/maladies professionnelles de l'Assurance maladie, les lombalgies coûtent un milliard d'euros par an, 580 millions d'euros venant des indemnités journalières des arrêts maladie.  

Voir ci-dessus le clip vidéo de l'Assurance Maladie: 

  

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité