• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sexualité féminine

Sexualité : des électrodes sur la cheville pour mieux atteindre l'orgasme

Un traitement traditionnellement utilisé pour l'hyperactivité vésicale a nettement amélioré la vie sexuelle de femmes en difficulté sur ce plan. Explications. 

Sexualité : des électrodes sur la cheville pour mieux atteindre l'orgasme LuckyBusiness / stock

  • Publié le 07.09.2018 à 14h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Le dysfonctionnement sexuel féminin (DSF) touche 40 à 45% des femmes, surtout lorsqu’elles vieillissent. Bien que les cliniciens tentent de les aider en leur prescrivant du sildénafil (mieux connu sous le nom de Viagra), des hormones ou de la flibanserine, ces médications ne sont pas toujours efficaces et peuvent avoir des effets secondaires indésirables.

Pour trouver de meilleures solutions, des chercheurs ont testé un traitement de neuromodulation, traditionnellement utilisé pour l'hyperactivité vésicale, un trouble caractérisé par la survenue d'une envie soudaine et irrépressible envie d'uriner. "Dans ce traitement particulier, le patient reçoit une thérapie de stimulation nerveuse une fois par semaine pour améliorer la signalisation neuronale et le fonctionnement des muscles qui contrôlent la vessie", explique Tim Bruns, professeur à l'Université du Michigan et directeur de l’étude. "Les nerfs qui contrôlent les organes pelviens commencent au même endroit dans la moelle épinière et se ramifient", précise-t-il.

15 à 30 minutes d’électrodes

Les dysfonctions sexuelles féminines sont définies comme les dysfonctions orgasmiques, les dysfonctions liées à l’intérêt sexuel et à l’excitation sexuelle, les douleurs génito-pelvienne et les dysfonctions de la pénétration.

Dans une première étude sur les rats, publiée l'an dernier, l’équipe de Tim Bruns a stimulé les nerfs des animaux situés dans la région génitale et autour de la cheville. Après 15 à 30 minutes d’électrodes, une forte augmentation du débit sanguin vaginal a été observée chez les rongeurs. 

12 séances

Ensuite, en collaboration avec l'obstétricien-gynécologue Mitchell Berger et la chirurgienne urologue Priyanka Gupta, les chercheurs ont recruté neuf femmes atteintes de dysfonctionnement sexuel (sans problèmes vésicaux). Chaque femme a subi 12 séances d'une demi-heure de stimulation électrique transcutanée des nerfs, au cours desquelles les participantes avaient des électrodes placées soit dans la région génitale, soit sur la cheville. "Une étrange sensation de vibration sous pression", décrit une des patientes. "Mais après quelques minutes, on s'y habitue. Ensuite, vous restez assis tranquillement pendant 30 minutes. J'ai même apporté un livre pendant mes séances."

Surprise : les résultats se sont révélés très prometteurs. Huit des neuf femmes traitées ont indiqué avoir une meilleure excitation, une meilleur lubrification et atteindre l'orgasme plus facilement. "Cette étude présente une méthode alternative pour traiter la dysfonction sexuelle féminine qui est non pharmacologique et non invasive. Grâce à des études comme celle-ci, nous pouvons mieux comprendre l'excitation sexuelle féminine et offrir des traitements pour un trouble qui a très peu d'options médicamenteuses", se félicite Priyanka Gupta.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité