Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte ANSM

Hypertension artérielle : rappel de lots de médicaments génériques à base de valsartan

Des lots de médicaments génériques à base de valsartan, utilisé dans l’hypertension artérielle, font l’objet d’un rappel en Europe. Ils pourraient contenir des traces d’une substance nocive, potentiellement cancérigène en utilisation chronique. Il ne faut pourtant pas interrompre son traitement, mais retourner voir son médecin.

Hypertension artérielle : rappel de lots de médicaments génériques à base de valsartan Digicomphoto / iStock

  • Publié 07.07.2018 à 12h30
  • |
  • Mise à jour le 07.07.2018 à 12h45
  • |
  • |
  • |


L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a alerté vendredi sur le rappel de certains lots de médicaments génériques à base de valsartan (ou de valsartan/hydrochlorothiazide), très employés dans le traitement de l’hypertension artérielle. Les lots incriminés ne seront plus délivrés en pharmacie et se voient placés en quarantaine sur l’ensemble du territoire européen, en raison de la présence possible d’impuretés.

Le défaut a été signalé aux agences sanitaires européennes par un des producteurs du valsartan, le génériqueur chinois Zhejiang Huahai Pharmaceuticals, après un contrôle sanitaire défaillant. Du fait d’un changement dans le processus de fabrication, certains lots pourraient contenir des traces de N-nitrosodimethylamine (NDMA), une substance potentiellement cancérogène en cas d’exposition prolongée. De quoi justifier un rappel des boites, à titre de précaution.

Ne pas interrompre son traitement

"Il n’existe pas de risque aigu pour le patient", rassure l’ANSM, qui conseille de poursuivre son traitement. « "Il est crucial de ne pas arrêter son traitement", renchérit le Pr Jean-Jacques Mourad (AP-HP), spécialiste de l’hypertension, joint au téléphone. "L’arrêt peut induire des complications importantes, comme des poussées d’insuffisance cardiaque ou une élévation de la pression artérielle, avec notamment une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) à la clé."

La liste des lots incriminés est disponible sur le site de l’ANSM. Les autres spécialités à base de valsartan, de même que les autres médicaments de la même classe thérapeutique (les sartans) ne sont pas concernés par le problème. Dans tous les cas, il est recommandé de poursuivre son traitement et d’attendre la prochaine dispensation en pharmacie. Il est bien sûr possible de se renseigner auprès de son pharmacien ou son médecin.

Investigation en cours

La NDMA est un composé volatil, classé comme probablement cancérogène pour l’homme par l’OMS. On en trouve en faibles quantités dans l’environnement – eau, air, produits alimentaires. En l’état des connaissances, la consommation à faible dose n’est pas susceptible d’induire un risque pour la santé. Une investigation est en cours au niveau européen afin de mieux évaluer l’impact de la présence de NDMA dans les antihypertenseurs concernés.

Le valsartan est utilisé pour stabiliser la tension artérielle, afin de prévenir la survenue ou la récidive d’AVC ou d’infarctus du myocarde. Il est disponible en générique depuis 2012. Les neuf fournisseurs concernés par le rappel en France sous-traitaient, en partie ou totalement, la production de la molécule à Zhejiang Huahai Pharmaceuticals. C’est un modèle habituel pour les génériques, habituellement fabriqués en Chine ou en Inde afin de réduire les coûts de production.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité