Publicité

QUESTION D'ACTU

Période préimplantatoire

Une mauvaise nutrition les premiers jours de la grossesse impacte le cerveau du bébé

Chez les souris, un déficit en protéine dès les premiers jours de grossesse a des répercussions sur la mémoire du bébé à naître.

Une mauvaise nutrition les premiers jours de la grossesse impacte le cerveau du bébé ddukang / stock

  • Publié 01.07.2018 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon une recherche récemment publiée par des universitaires de l'Université de Southampton, une alimentation pauvre en protéines au début de la grossesse peut avoir un effet durable sur le développement du cerveau du bébé à naître. Le projet, dirigé par la biologiste Sandrine Willaime-Morawek, en collaboration avec le professeur Tom Fleming (gynécologue), est le premier à démontrer clairement qu'une mauvaise nutrition maternelle pendant les premiers jours de la grossesse chez la souris, connue sous le nom de période préimplantatoire, peut avoir des effets négatifs sur le développement précoce du cerveau et des conséquences à long terme chez l'adulte.

Une mauvaise mémoire à court terme chez l'adulte

L'article, "Mouse maternal protein restriction during preimplantation alone alters permanently permanently alters brain neuron proportion and adult short-term memory", a été publié la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS)Concrètement, il démontre qu’un régime maternel pauvre en protéines pendant la période préimplantatoire réduit la production de cellules souches neurales, donc, à terme, la fabrication des cellules nerveuses du cerveau. Un dysfonctionnement de ces dernières entraine la formation d’une mauvaise mémoire à court terme chez l'adulte.

Des études antérieures avaient déjà montré que la réduction des protéines dans l'alimentation pendant la grossesse et l'allaitement peuvent endommager le cerveau du bébé, entrainant des effets durables sur la coordination, les fonctions cognitives, voire même les maladies cardiovasculaires et la schizophrénie.

Une mauvaise nutrition maternelle dès la conception

"Notre recherche montre qu'une mauvaise nutrition maternelle dès la conception chez la souris affecte négativement le développement du cerveau et la mémoire adulte", résume Willaime-Morawek. "Nous montrons aussi que la période de pré-implantation du fœtus est le moment clé qui détermine le phénotype adulte, voire peut-être plus encore", poursuit-elle.

Les souris étudiées n’ont pourtant souffert que d’un léger déficit nutritionnel, en mangeant quotidiennement que la moitié de la quantité de protéines recommandée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité