Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Moustique Culex : que faire si le virus du Nil Occidental revient en France cet été ?

Transmis par la piqûre d'un moustique Culex, le plus prédominant en France, le virus du Nil Occidental a déjà sévi dans l'Hexagone. Bien connaître les risques apparait comme essentiel pour se préparer efficacement à l'arrivée des grosses chaleurs. 

Moustique Culex : que faire si le virus du Nil Occidental revient en France cet été ? marcouliana /iStock

  • Publié 27.06.2018 à 10h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Faut-il craindre, à l'approche des grosses chaleurs et des nombreux voyages qui se préparent, une épidémie de fièvre du Nil Occidental en France ? Transmise par le moustique Culex (à qui l'on doit également la transmission du virus Usutu) le plus prédominant en France, la fièvre du Nil Occidental ne dort pas paisiblement en Egypte contrairement à ce que son nom laisse penser : en 2017, deux cas ont été déclarés dans le sud-est de la France. Cette année encore, le risque perdure. 

Le virus est apparu pour la première fois en France Métropolitaine en 1962 en Camargue, puis à nouveau en 2000. Lors de l’épidémie de 2003, sept personnes avaient été touchées dans la Var. Asymptomatique pour 80% des malades, il peut néanmoins provoquer un syndrome grippal et des complications neurologiques pouvant entraîner la mort - la mortalité est évaluée à 2 % des cas. On parle alors de méningite du Nil occidental lorsqu'elle atteint son stade le plus grave. L’OMS estime que seule 1 personne infectée sur 150 développe cette forme grave de la maladie. Le virus du Nil occidental est transmis par des moustiques, eux-mêmes contaminés par des oiseaux.  

Il infecte en effet principalement les oiseaux, mais également les Hommes, les chevaux, les chiens, les chats, les chauves-souris, les tamias, les mouffettes, les écureuils et les lapins domestiques. L’homme est considéré comme un "hôte accidentel" de la maladie car il ne peut transmettre le virus. Il n'existe alors aucun risque de contamination entre humains.

Comment reconnaître le moustique Culex ?

Le moustique Culex est l'insecte le plus prédominant en France. Aussi surnommé "moustique domestique", il peut transmettre des maladies graves comme la Fièvre du Nil Occidental ou l'Encéphalite Japonaise, ainsi que le virus Usutu, à la différence du moustique anophèle, vecteur du paludisme ou du moustique Aedes (dont fait partie le moustique tigre) qui est lui vecteur de la dengue, du Chikungunya et du Zika. Le moustique Culex ne ressemble pas au moustique tigre : il mesure entre 5 et 7 mm de long et ses ailes dépassent légèrement de l'abdomen, lequel est brun et annelé. Le corps de la femelle peut se déformer lorsqu'elle se gorge de sang. C'est d'ailleurs elle qui pique l'Homme. 

Tout comme le moustique tigre, le Culex apprécie les eaux plutôt chaudes et stagnantes et/ou les mares ou fossés intraforestiers ombreux et il est capable de piquer en pleine journée (à la différence de l'anophèle qui ne pique que la nuit). Il faut donc se protéger en théorie 24 heures sur 24, d'où l'intérêt d'éliminer les gîtes larvaires de votre habitat, c'est-à-dire la moindre source d’eau stagnante, comme les fonds de gouttières ou encore les soucoupes de pot de fleurs. C'est en effet dans ces petits coins tranquilles que les femelles pondent leurs œufs. Soyez vigilants, portez des vêtements amples, posez des moustiquaires. Se prémunir contre les moustiques revient à limiter les risques.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité