Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Virus Usutu : un premier cas d'infection humaine à Montpellier, quels sont les risques de contamination ?

A Montpellier, un premier cas d'infection humaine au virus Usutu a été diagnostiqué. Transmis par la piqûre du moustique Culex, le plus prédominant en France, le virus attaque directement le système nerveux. Quels sont les risques de contamination ?

Virus Usutu : un premier cas d'infection humaine à Montpellier, quels sont les risques de contamination ? Saccobent /iStock

  • Publié 14.06.2018 à 16h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Après la dengue, le zika et le chikungunya, voici le virus Usutu. Transmis par la piqûre d'un moustique Culex, ce nouveau virus qui attaque le système nerveux vient d'être découvert par les chercheurs de l'Inserm de Montpellier. Virus d'origine africaine (Sénégal, Nigeria, Ouganda, Burkina Faso, Côte d'IvoireMaroc...), l'Usutu touche principalement les espèces d'oiseaux migrateurs, comme les merles noirs, les mésanges, les moineaux, les rouges-gorges et quelques rapaces, dont la chouette et le hibou. En Europe, le merle noir semble en être la principale victime.

Un virus essentiellement animal

Le cycle de développement du virus Usutu reste encore méconnu pour la communauté scientifique, mais il semblerait que ces oiseaux soient le réservoir du virus. Formellement identifié pour la première fois en Afrique du Sud en 1959, dans le Swaziland près de la rivière Usutu (d'où son nom), il circulerait en Occitanie depuis 2015.

On suppose qu'il est à l'origine de plusieurs foyers infectieux provoquant d'importants pics de mortalité chez les oiseaux, comme en 2004 en Autriche. Etonnamment, le nombre d'oiseaux malades ou positifs au virus a souvent chuté spontanément après une épidémie, suggérant qu'une immunité collective se développe rapidement chez les volatiles survivants. Aucune étude scientifique n'appuie cependant cette hypothèse. Depuis 1996, plusieurs phénomènes de mortalité massive d'oiseaux ont été attribués à l'Usutu dans les provinces italiennes de Florence et Pistoia, ainsi qu'en Hongrie, Suisse, Espagne ou encore, Allemagne.

Un premier cas d'infection humaine en France

Le premier cas d'infection humaine en France a été repéré à Montpellier. Un homme de 39 ans aurait en effet été infecté en France après qu'un moustique de type Culex ait piqué des oiseaux migrateurs venus d’Afrique. "Il est arrivé avec une paralysie faciale, explique à France 3 Olivier Sillam, le soignant du patient. Son côté droit du visage ne pouvait plus bouger. Il avait des fourmis dans tous le corps, du côté droit principalement et des petits déficits moteurs. Un tableau assez atypique pour une paralysie faciale classique". Plusieurs cas humains ont été recensés en Europe : 10 en Italie et trois en Croatie. Point positif : le virus ne se transmet pas d'Homme à Homme. Il n'y a donc pas de risque de contamination. 

Comment reconnaître le moustique Culex ?

Le moustique Culex est l'insecte le plus prédominant en France. Aussi surnommé "moustique domestique", il peut transmettre des maladies graves comme la Fièvre du Nil Occidental ou l'Encéphalite Japonaise, ainsi que le  virus Usutu, à la différence du moustique anophèle, vecteur du paludisme ou du moustique Aedes (dont fait partie le moustique tigre) qui est lui vecteur de la dengue, du Chikungunya et du Zika. Le moustique Culex ne ressemble pas au moustique tigre : il mesure entre 5 et 7 mm de long et ses ailes dépassent légèrement de l'abdomen, lequel est brun et annelé. Le corps de la femelle peut se déformer lorsqu'elle se gorge de sang. C'est d'ailleurs elle qui pique l'Homme. 

Tout comme le moustique tigre, le Culex apprécie les eaux plutôt chaudes et stagnantes et/ou les mares ou fossés intraforestiers ombreux et il est capable de piquer en pleine journée (à la différence de l'anophèle qui ne pique que la nuit). Il faut donc se protéger en théorie 24 heures sur 24, d'où l'intérêt d'éliminer les gîtes larvaires de votre habitat, c'est-à-dire la moindre source d’eau stagnante, comme les fonds de gouttières ou encore les soucoupes de pot de fleurs. C'est en effet dans ces petits coins tranquilles que les femelles pondent leurs œufs. 

Notre époque est en pleine transition, notamment à cause des voyages ou du réchauffement climatique. Il n'est donc pas surprenant de voir émerger nombre de nouvelles maladies en France ("maladies émergentes") qui autrefois ne concernaient que les pays lointains.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité