Publicité

QUESTION D'ACTU

Pr Michel Lejoyeux

Séquestrées de Cleveland: le long processus de reconstruction

Après dix ans de séquestration, 3 jeunes femmes ont été retrouvées à Cleveland. Pour le Pr Lejoyeux, la reconstruction doit se faire en fonction de leur personnalité et non pas avec un protocole standard.

Séquestrées de Cleveland: le long processus de reconstruction Andrew Welsh-Huggins/AP/SIPA

  • Publié 08.05.2013 à 17h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Trois jeunes femmes qui avaient disparu il y a une dizaine d’années, ont été retrouvées en vie dans une maison de Cleveland (centre est des Etats-Unis). Deux d’entre elles étaient adolescentes au moment de leur disparition. Les détails sur les conditions de détention ne sont pas encore connus mais il semblerait que l’une d’elles ait donné naissance à un enfant durant sa captivité. Trois hommes suspectés d'être les ravisseurs ont été arrêtés.  

Michel Lejoyeux, professeur de psychologie médicale, qui dirige les services de psychiatrie et d’addictologie des Hôpitaux Bichat et Maison Blanche, nous explique le long processus de reconstruction qui attend ces jeunes femmes. Pour lui, « tout dépend de la personne, il n'y pas une manière de résister aux traumatismes ».


Les risques de symptômes et séquelles

Pr Michel Lejoyeux: Il est bien difficile aujourd'hui de préjuger des séquelles. On peut dire quand même qu'on connaît le syndrome de Stockholm, c'est-à-dire cette fascination pour le ravisseur. On peut donc imaginer que l'une des vicitimes  se soit identifiée à son ravisseur, avec à la libération des difficultés à reprendre des habitudes de liberté.
Ensuite, il faudra chercher les critères du stress post-traumatique, avec l'existence de cauchemars et la réminiscence de ce qu'elles ont vécu. On observe aussi fréquemment avec ces patientes, une tendance à sursauter en permanence. Ce sont les deux élements auxquels elles sont potentiellement exposées. Concernant le bébé né pendant la séquestration, là nous sommes dans de l'exceptionnel absolu. Que peut devenir cet enfant? Comment s'est-il développé? Comment a-t-il assimilé le langage? Mes référentiels actuels de psychiatre ne me permettent pas de préjuger de l'état de cet enfant. 

 

Les recommandations

Pr Michel Lejoyeux: Je crois qu'il ne faut pas de prise en charge systématique.  Ces jeunes femmes ont subi tellement de contraintes, qu'en réponse, il va falloir être le plus souple possible et le plus à l'écoute de ce dont elles ont envie. Peut-être qu'elles vont avoir le souhait de se reconstruire seule. Il faudra tout de même être vigilant sur la possible apparition d'une dépréssion, ou d'une tristesse. ll est donc nécessaire de les surveiller, d'être présent, mais de ne surtout pas leur imposer un protocole de traitement collectif des vicitimes.   


L'oubli impossible 

Pr Michel Lejoyeux: Comment surmonter un traumatisme ? Evidemment, deux cas sont envisageables:  soit elles vont avoir le souhait de se rappeler les faits de manière épisodique; soit elle vont essayer d'oublier, tout dépend en fait des personnes. Une fois de plus, ce qu'on leur a enlevé, c'est leur statut d'individu. Il ne s'agirait surtout pas de leur enlever à nouveau leur identité ou leur autonomie, sous couvert d'une prise en charge psychiatrique toute puissante et totalitaire.
Il n' y a pas une manière de résister aux traumatismes. La psychologie israélienne nous a montré l'exemple des enfants qui ont subi le traumatisme de la Shoah. Certains se sont reconstruits en devenant des militants de la lutte contre tout ce qui pouvait rappeler la Shoah, d'autres, au contraire, ont eu besoin de ne jamais en parler et d'occulter la souffrance. Donc là encore, à chacun sa manière de trouver sa résilience.

 

Le rôle des proches

Pr Michel Lejoyeux: Globalement, ce que l'on conseille aux proches, aux parents, c'est de ne pas jouer au médecin, au psy, et d'être le plus parent, le plus affectif possible. Ces derniers doivent également être vigilants au cas où un trouble psychologique interviendrait. Mais au final, le but pour la famille, c'est quand même de ne pas les soumettre à une psychothérapie permanente et interminable à chaque occasion.






Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité