Publicité

QUESTION D'ACTU

Fermeture

Les soignants se mobilisent pour défendre les maternités de proximité

Une manifestation est organisée samedi 23 juin à Paris pour défendre les petites maternité de proximité. De nombreux établissements ferment, certains voient leur budget réduit et d’autres sont surchargés. Les soignants s’inquiètent. 

Les soignants se mobilisent pour défendre les maternités de proximité Wavebreakmedia/iStock

  • Publié 23.06.2018 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les personnels des maternité se mobilisent pour défendre les petites structures. Ils manifestent samedi 23 juin à Paris pour dénoncer les fermetures des établissements de proximité. Selon Le Monde, plus de dix maternités de petite taille ont fermé entre 2016 et 2018. Plusieurs sont aujourd’hui menacées de fermeture à Vierzon (Cher), à Guingamp (Côtes-d’Armor), à Bernay (Eure), à Chateaudun (Eure-et-Loir), à Bar-le-Duc (Meuse), à Remiremont (Vosges), à Vire (Calvados), à Noyon (Oise), à Le Blanc (Indre) ou encore à Falaise (Calvados). 

Surcharge de travail 

Le site France Info a enquêté sur le sujet et révèle le mal-être des personnels soignants. A Vierzon, 25,5 postes ont été supprimés, aujourd’hui le personnel manque alors les employés doivent assurer plus de journées de travail, souvent des journées de repos sont supprimées. Parfois les établissements restent mais le nombre de lits est réduit donc les effectifs aussi. Or, cela arrive que l'activité de l'hôpital reparte par la suite, et le personnel vient à manquer. 

Les grands hôpitaux saturés 

La fermeture de ces unités ne pose pas seulement problème pour les patients des communes alentours et pour le personnel, cela créé de vrais déséquilibres au sein des départements. Une aide-soignante du CHU de Toulouse explique à France Info que la fermeture de maternités périphériques a créé un effet de goulot au sein de son établissement : "On fait plus de 5 000 accouchements par an (…) on est surchargés". Dans ces hôpitaux, les personnels sont débordés, ils ont de moins en moins de temps à consacrer aux patients. "On a moins d’une heure à passer avec chaque patiente (…) en salle de naissance et aux urgences, on mange quand on peut, si on peut." 

Des risques pour les patientes 

Au-delà du mal-être et de l’épuisement des soignants, cela peut créer des risques pour les patientes. L’une des aides-soignantes et auxiliaire puéricultrice confie "On a des accouchements sans péridurale, alors que ce sont des patientes qui, pendant neuf mois, ont suivi leur grossesse et ont demandé une péridurale". 

De l'espoir à Guingamp

Vendredi 22 juin, une décision a provoqué l’espoir des personnels des maternités. La décision de fermeture de la maternité de Guingamp va être ré-étudiée. La ministre de la santé Agnès Buzyn a annoncé que d’ici à février 2019, date à laquelle l’établissement devait normalement fermer, des solutions devront être trouvées pour l’amélioration de l’accès au soin. Sans ça, la maternité pourrait bel et bien fermer ses portes. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité