Publicité

QUESTION D'ACTU

France & cannabis

Cannabis légal : de plus en plus de "coffee-shops" ouvrent en France

Alors que la légalisation du cannabis, qu'elle soit à usage médical ou récréatif, fait encore débat en France, les ouvertures de "coffee-shops" se multiplient. Deux échoppes viennent d'ouvrir leurs portes en région parisienne. 

Cannabis légal : de plus en plus de \ UrosPoteko /iStock

  • Publié 06.06.2018 à 12h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Acheter de la weed ou du cannabis CBD légalement en boutique est désormais possible en Ile-de-France. Après Besançon et Annoeullin, des "coffee-shops" ont récemment ouverts à Puteaux (Hauts-de-Seine) et dans le 11e arrondissement de Paris. Alors que la légalisation du cannabis, qu'elle soit à usage thérapeutique ou récréatif, fait débat depuis plusieurs années en France, certains ont décidé d'exploiter l'ambiguïté de la loi qui encadre la consommation de cannabidiol (CBD). 

La région parisienne s'initie à la vente légale de cannabis

Officiellement, ce cannabinoïde présent dans le cannabis (mais dépourvu des effets psychoactifs du THC) n'est pas interdit en France tant que le taux de THC ne dépasse pas 0,2%. Il est d'ailleurs possible de s'en procurer légalement sur internet sous forme de cristaux, de sirops, d'huiles, de tisanes, de crèmes ou encore de bonbons. Ses vertus médicinales sont parfois utilisées pour traiter les convulsions, l'inflammation, l'anxiété ou encore les nausées. 

Actuellement, un seul médicament cannabinoïde possède une autorisation de mise sur le marché français : le Sativex, recommandé contre la spasticité et la sclérose en plaques. Le dronabinol et le cannabidiol, utilisés en cas de douleurs neuropathiques réfractaires aux traitements classiques ou d'épilepsies, sont accessibles mais seulement avec une autorisation temporaire nominative (procédure permettant de mettre à disposition de certains patients un médicament n’ayant pas d’autorisation de mise sur le marché et ne faisant pas l’objet d’un essai clinique dans cette indication).

Mais la Direction générale de la santé (DGS) insiste sur le fait qu’"aucune vertu thérapeutique ne peut être revendiquée notamment par les fabricants, vendeurs de produits, contenant du CBD". Notamment pour ne pas entretenir une confusion entre le cannabis et le CBD, et ainsi faire la promotion du cannabis. "On n’est pas médecins. Je déconseille à tout le monde de fumer. Nous, on vend ça comme un produit de bien commun, comme on vendrait une table ou une chaise", explique à 20 Minutes Joaquim Lousquy, propriétaire du coffee shop parisien. 

La région Est sur le point de se lancer

Le 13 juin, ce sera au tour de la région Est de se lancer dans la vente légale de cannabis CBD, puisque deux boutiques ouvriront à Nancy et à Metz. "Tout est issu du bio, la législation est très stricte. Les producteurs suisses se sont adaptés aux législations de chaque pays, qui varient énormément", explique Baptiste De Luca, propriétaire des lieux au quotidien l'Est Républicain. Ce jeune entrepreneur de 23 ans possède déjà une boutique à Épinal, ouverte en mai dernier. 

"Les retours de nos clients sont vraiment positifs. Cela fait vraiment du bien aux gens et c’est ce qui compte pour nous ici. On a même des clients malades qui viennent nous remercier", ajoute Baptiste De Luca, qui assure s'être lancé dans ce secteur non pas pour l'aspect "fumette" mais pour défendre les bienfaits du cannabis médical. Soumis chaque semaine au contrôle des forces de l'ordre, les produits à base de marijuana commercialisés dans les magasins de Baptiste de Luca ne contiennent pas de THC et n’ont donc aucun effet psychotrope.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité