Publicité

QUESTION D'ACTU

En prison pour conduite irresponsable

Etats-Unis : des parents perdent la garde de leur fils pour avoir traité son épilepsie sévère avec du cannabis

En Géorgie, des parents ont perdu la garde de leur fils pour avoir traité son épilepsie sévère avec du cannabis. Une étude récente confirme pourtant que cette plante réduit efficacement les crises. 

Etats-Unis : des parents perdent la garde de leur fils pour avoir traité son épilepsie sévère avec du cannabis Istock/Morrison1977

  • Publié 04.06.2018 à 11h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour bien comprendre cette histoire rapportée par CBS, plantons d’abord le contexte. Si le cannabis à usage thérapeutique est légal dans 29 États américains, ce n'est pas le cas en Géorgie, où vivent Suzeanna et Matthew Brill.

Dix crises par jour

Leur fils, David, souffre d’épilepsie sévère, pouvant faire jusqu’à dix crises par jour. Désarmés face à la maladie de leur enfant, les parents finissent par lui donner de l’herbe à fumer. Le petit patient passe alors 71 jours sans aucun souci de santé, là où tous les médicaments traditionnels avaient échoué.

Ravie de cette médecine alternative, la mère en parle à la psychologue de David, qui en informe les autorités. Quelques heures plus tard, la police géorgienne débarque chez les Brill pour faire passer un test de dépistage de drogue à David, qui s’avère évidemment positif. Les parents sont alors envoyés en prison pour conduite irresponsable, et l’enfant, d’abord hospitalisé pendant une semaine, est placé dans un foyer.

David y vit depuis un mois. Sans cannabis thérapeutique, il souffre de nouveaux de crises d’épilepsie. Les Brill ont commencé à lever des fonds pour payer un avocat afin de réobtenir la garde de leur fils, mais la procédure pourrait prendre un an. En février dernier, un juge fédéral a rejeté une plainte qui visait à légaliser le cannabis thérapeutique sur tout le territoire américain, au nom du droit des individus à utiliser un médicament vital pour eux.

Essai clinique

Selon un essai clinique publié dans la revue The Lancet en janvier dernier, le cannabidiol thérapeutique en association au traitement antiépileptique standard permet pourtant bien de réduire la fréquence des crises épileptiques qui entraînent des chutes brutales (dues à la perte soudaine de tonus musculaire). À la fin de l'étude, les crises et les chutes ont diminué de 43,9% pour le groupe cannabidiol, contre une réduction de 21,8% pour ceux qui avaient pris le placebo.

La recherche a recruté 171 malades âgés de 2 à 55 ans de différents pays, qui avaient eu diverses crises au cours des six derniers mois. Tous les malades étaient très résistants au traitement ; ils prenaient trois médicaments antiépileptiques et avaient en moyenne 73,8 crises d'épilepsie par mois.

Syndrome de Lennox-Gastaut

Environ 1 à 4% des cas d'épilepsie infantile sont causés par le syndrome de Lennox-Gastaut, une forme d'épilepsie sévère persistante impliquant plusieurs types de crises et des troubles cognitifs. Bien qu'il existe toute une panoplie de traitements médicamenteux et non-pharmacologiques (comme le régime cétogène, la stimulation nerveuse et la chirurgie du cerveau), seulement 10% des malades n’ont plus de crise d’épilepsie.

"Il existe un besoin urgent de nouvelles options thérapeutiques pour les personnes souffrant d’un syndrome de Lennox-Gastaut, et nous sommes heureux que notre étude montre qu’il existe une option supplémentaire pour réduire les crises", explique le Dr Elizabeth Thiele, du Massachusetts General Hospital, aux États-Unis. "Nos résultats sont en faveur de l'utilisation du cannabidiol thérapeutique en association avec d'autres antiépileptiques pour réduire significativement la fréquence des crises chez les malades souffrant du syndrome de Lennox-Gastaut, ce qui est une bonne nouvelle pour ces patients qui souvent ne répondent pas bien au traitement".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité