Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Attention, des médicaments prescrits contre la dépression et la maladie de Parkinson accentuent les risques de démence

Les anticholinergiques, des médicaments utilisés pour lutter contre la dépression, l’incontinence ou encore la maladie de Parkinson pourraient causer une démence, même lorsqu’ils sont pris vingt ans avant le diagnostic. C’est le résultat d’une nouvelle étude, menée par une équipe internationale de chercheurs.

Attention, des médicaments prescrits contre la dépression et la maladie de Parkinson accentuent les risques de démence ChrisChrisW/ iStock

  • Publié 26.04.2018 à 16h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Incontinence, dépression ou encore maladie de Parkinson… les anticholinergiques sont des médicaments prescrits pour lutter contre ces problèmes de santé. Une équipe internationale de chercheurs (des Etats-Unis, d’Irlande et du Royaume-Uni) a mené l’étude la plus large sur l’impact à long terme de ces traitements. D’après les résultats, publiés dans la revue BMJ, les anticholinergiques sont liés à des risques accrus de démence.

L’exposition aux anticholinergiques est risquée

Les chercheurs ont analysé plus de 27 millions d’ordonnances appartenant à des patients âgés de plus de 65 ans atteints de démence (40 770) et non-atteints de démence (283 933). Ils ont constaté une plus grande incidence de démence chez les personnes qui s’étaient fait prescrire des anticholinergiques. Par ailleurs, plus les patient avaient été exposés à ces traitements, plus leurs symptômes étaient importants.

La démence entraine une perte de mémoire, des difficultés à s’orienter et une détérioration du comportement social. Selon une étude américaine très récente, elle tend en revanche à apparaitre de plus en plus tard et à durer sur des périodes plus courtes.

Des dégâts bien avant la démence

Autre découverte, les effets indésirables des anticholinergiques peuvent apparaitre bien longtemps avant qu’un médecin diagnostique une démence chez un patient. "Les anticholinergiques, ces médicament qui bloquent acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux, ont déjà été déterminés comme une cause potentielle de déficience cognitive", détaille Noll Campbell, l’un des auteurs de l’étude. Il poursuit: "Cette étude est assez vaste pour évaluer les effets à long terme de ces traitements et constater que les dégâts peuvent se faire sentir des années avant que le diagnostic de démence ne soit posé."

Les chercheurs préconisent ainsi aux médecins de bien évaluer les risques des anticholinergiques sur le cerveau avant de les prescrire. Et aussi d’étudier d’autres options de traitement. Il est possible aussi d’agir sur le mode de vie des patients. Car selon des chercheurs, au moins un cas sur trois pourrait être évité en arrêtant de fumer, en faisant du sport ou encore en compensant des problèmes d’audition.

Des millions de personnes concernées

Analyser les risques de ces médicaments est primordial car ils sont largement prescrits, notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Cela tient aussi du fait qu’ils traitent plusieurs maladies. "Cette étude est très importante car on estime que 350 millions de personnes souffrent de dépression dans le monde (…)", déclare ainsi George Savva, auteur principal de la recherche. Il faut y ajouter les personnes qui souffrent d’incontinence, de la maladie de Parkinson, mais aussi d’asthme ou encore d’épilepsie. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 10 millions de cas de démence sont diagnostiqués chaque année. Aujourd’hui, 50 millions de personnes seraient atteintes dans le monde.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité