Publicité

QUESTION D'ACTU

Sucre

Soda : les boissons sucrées augmentent aussi le risque de décès

Les boissons gazeuses sucrées (sodas) sont associées à une augmentation de la mortalité selon une nouvelle étude. Les médecins doivent absolument rechercher cette consommation et tout faire pour la réduire… avec l’aide pouvoirs publics.

Soda : les boissons sucrées augmentent aussi le risque de décès pinkomelet/istock

  • Publié 14.04.2018 à 14h21
  • |
  • Mise à jour le 14.04.2018 à 14h49
  • |
  • |
  • |


Il est connu de puis longtemps que la consommation de boissons à forte teneur en sucre, essentiellement les sodas, est associée à une augmentation du risque d’obésité, de diabète et de maladie cardiovasculaire. Mais c’est la première fois que l’on montre que la consommation de sodas riches en sucre expose à un risque accru de mortalité toutes causes confondues et de mortalité par maladie coronaire.

C’est ce qui ressort d’une étude réalisée chez 30 183 adultes de plus de 45 ans de la cohorte américaine REGARDS (Reasons for Geographic and Racial Differences in Stroke). Les résultats ont été présentés par Lindsay Collin (P235) au congrès de l’American Heart Association’s Epidemiology and Prevention

Une cohorte d’américains de toutes races

L’étude a exclu toutes les personnes avec des antécédents d'AVC, de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2 ce qui a laissé une population de 17 930 personnes.

Leur consommation de sucre ajouté, en grammes, a été calculée à partir des boissons et des aliments séparément en utilisant des questionnaires auto-administrés du Block 98 food frequency questionnaires.

En divisant les participants en 4 groupes (« quartiles »), des consommateurs les plus faibles de boissons sucrées jusqu’aux consommateurs les plus forts, y compris les boissons gazeuses, les fruits et les boissons aux fruits, les auteurs ont constaté que le risque de maladie coronarienne est significativement plus élevé dans le quartile où la consommation de soda est la plus forte : rapport de risque (HR : 2,0 ; IC 95% 1,12 - 3,54) que dans la catégorie la plus basse de la consommation. Le risque de décès toutes causes confondues est également plus élevé dans le quartile supérieur (HR : 1,2 ; IC 95% 0,99 - 1,52).

Influence nette du revenu et du poids

Le risque de maladies cardio-vasculaires et de mortalité toutes causes confondues reste le plus élevé même en tenant compte de facteurs perturbateurs tels que l'âge, l'indice de masse corporelle, le sexe, le revenu, la région, le tabagisme, la consommation d'alcool et l'activité physique.
Aucune différence significative n'a été observée en termes de sexe ou de race. Mais, l'augmentation de la mortalité est significativement plus élevée chez les personnes à faible revenu par rapport aux personnes à revenu élevé en ce qui concerne la mortalité toutes les causes confondues.
Les personnes qui étaient en surpoids (indice de masse corporelle de 25,0 - 29,9) ont également une mortalité toutes causes confondues associée à une consommation plus élevée de boissons sucrées.

Un véritable « shot » de sucre

Diverses hypothèses peuvent expliquer l’augmentation des taux de mortalité avec la consommation de boissons sucrées par rapport aux aliments sucrés. La prise de sucre avec une boisson fait passer celui-ci très rapidement dans la circulation sanguine, ce qui explique que le corps réagit en sur-stockant. La digestion des aliments sucrés se produit plus lentement que celle des boissons sucrées en raison de la présence d’autres composants tels que les fibres, les graisses et les protéines. Lorsque les boissons sucrées sont consommées, les personnes mangent autant d'aliments et finissent par surconsommer du sucre et des calories.

La taxe sur les sodas permet de baisser la consommation

Les médecins doivent agir sur cette consommation de sodas pour la réduire, mais il faut que les pouvoirs publics les aident et c’est tout l’enjeu des taxes sur les sodas.Les taxes sodas se développent à travers le monde. En France, le taux de taxation est de 7,53 euros par hectolitre. La version votée en 2013 a été revue en octobre dernier : aujourd’hui les boissons sont taxées dès qu’elles contiennent un gramme de sucre pour 100 ml, contre 5 grammes auparavant.

Au Royaume-Uni, une taxe a aussi été mise en place début avril. L’objectif est toujours le même : réduire la consommation de boissons sucrées, et donc lutter contre l’obésité. Aux Etats-Unis, ce type d’impôt a été lancé dès janvier 2017 dans la ville de Philadelphie. Des chercheurs de l’université de Drexel ont étudié l’efficacité de cette taxe dans une étude publiée dans American Journal of Preventive Medecine. La consommation quotidienne de sodas a diminué de 40%. 

Les médecins doivent donc rechercher la consommation de sodas au même titre que les autres facteurs de risque cardiovasculaires comme le cholestérol, le tabagisme et l’hypertension artérielle.

Lindsay Collin et al. Sugar-Sweetened Beverage and Food Intake and Mortality Risk Among U.S. Adults AHA EPI/Lifestyle 2018, Abstract P235

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité