Publicité

QUESTION D'ACTU

Informations

Les aliments qui nous "empoisonnent", une perte de poids peut cacher un cancer et les dangers de se coucher tard : l'info du jour

60 millions de consommateurs dénonce "les entourloupes des industriels" de l'agro-alimentaire, une perte de poids soudaine peut cacher un cancer et le taux de mortalité est 10% plus élevé chez les personnes se couchant tard : découvrez les trois infos principales du jour.

Les aliments qui nous \ iStock

  • Publié 12.04.2018 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Ces aliments qui nous "empoisonnent" : 60 millions de consommateurs dénonce "les entourloupes des industriels"

Notre alimentation contient un grand nombre d'ingrédients nocifs, selon 60 Millions de consommateurs. Dans le hors-série Ces aliments qui nous empoisonnent, l'association dénonce ce jeudi les "aberrations nutritionnelles à travers le décryptage des ingrédients" de 100 produits en vente dans la grande distribution. Du cacao en poudre, aux produits dits sans gluten ou sans viande, l'association dénonce "les entourloupes des industriels lorsqu'ils bernent les consommateurs et font passer un aliment bourré d'additifs pour un produit santé". Plus d'informations dans notre article.

Une perte de poids inexpliquée peut annoncer un cancer

Une perte de poids aussi fortuite qu’inexpliquée peut être annonciatrice d’un cancer. C’est ce que met en lumière une méta-analyse réalisée par des chercheurs des universités d’Oxford et Exeter. Leur étude, financée par l’Institut national de recherche en santé et publiée dans le British Journal of General Practice, révèle qu’une perte de poids involontaire constitue le deuxième facteur de risque le plus important pour les cancers, notamment les cancers colorectal, pulmonaire, pancréatique et rénal. Notre article est à découvrir ici.

Selon une étude, les couche-tard sont susceptibles de mourir plus tôt

L'horloge biologique interne est un élément très intelligent de notre organisme qui régule notre température corporelle et nos cycles de sommeil sur une durée de 24 heures. Une étude britannique publiée ce jeudi dans la revue Chronobiology International avance que le risque de mortalité est 10% plus élevé chez les personnes se couchant tard, que chez celles se levant et se couchant tôt. Et ce, notamment à cause du dérèglement de leur horloge interne. Les chercheurs ont étudié les cas de 500 000 personnes âgées de 38 à 73 ans, parmi lesquelles 27% se définissaient comme étant "du matin", 35% "plus du matin que du soir", 28% "plus du soir que du matin" et enfin, 9% reconnaissaient être "du soir". Au cours de cette étude de 6 ans et demi, 10 500 décès ont été déclarés, dont 2 127 liés à des maladies cardiovasculaires. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité