Publicité

QUESTION D'ACTU

Environnement

Une brusque augmentation de pollution est aussi nocive pour le coeur que lorsqu'elle est élevée sur une longue période

Un brusque accroissement de la pollution est aussi nocif pour le cœur que lorsqu'elle est a un taux élevé sur une longue durée. Telle est la conclusion d’une nouvelle étude réalisée en Allemagne dans la ville de Iena.

Une brusque augmentation de pollution est aussi nocive pour le coeur que lorsqu'elle est élevée sur une longue période Nomadsoul1/Epictura

  • Publié 18.02.2018 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Une augmentation rapide du taux de pollution serait aussi néfaste pour le cœur qu’un niveau élevé soutenu, c’est la conclusion d’une étude allemande menée dans la ville de Iena publiée le 15 février 2018 dans l’European Journal of Preventive Cardiology.

La pollution passée au peigne fin

On ne manque plus de preuves quant à la nocivité d’une exposition à de hautes concentrations de pollution conduisant au risque de développer plusieurs pathologies, incluant les crises cardiaques. Les limites de pollution réglementaires de l’Union européenne sont établies à partir de valeurs supérieures absolues.

Cependant, l'étude allemande a analysé le lien entre l’augmentation rapide de la pollution atmosphérique et le risque de crise cardiaque. L'expérience a été conduite dans la ville de Iena, comprenant 100 000 habitants, durant quelques jours au cours des dernières années. Pendant cette période, les concentrations en polluants atmosphériques dépassaient les limites quotidiennes européennes fixées. Elles ont donc été comparées le troisième, le deuxième et le premier jour avant que se manifestent les symptômes de crise cardiaque, avec les concentrations de la semaine précédente, ainsi qu’avec celles de la suivante. 

Oxyde nitrique et crise cardiaque

Leurs résultats permettent de mettre en évidence un accroissement du taux d’oxyde nitrique de plus de 20 µg/m3 dans les 24h associé à un risque plus que doublé de crise cardiaque.

Plus généralement, les chercheurs estiment que le risque de crise cardiaque associé au taux d’oxyde nitrique dépend de la dynamique et de l’ampleur des augmentations, et pas uniquement de l’exposition à des concentrations élevées de polluants atmosphériques. Selon eux, les effets néfastes d’une augmentation rapide de la pollution peuvent se produire même dans des petites villes. Ils prennent pour exemple la ville de Iena où des augmentations de plus de 20 µg/mdans les 24h surviennent plus de 30 fois par an.

Les auteurs alertent néanmoins sur la nécessité de réaliser des études supplémentaires pour confirmer ces résultats, sachant que même les résidents des villes considérées comme exposées à un air "propre" pourraient être à risque.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité