Publicité

QUESTION D'ACTU

bilan

La chirurgie de l'obésité explose en France, mais la qualité n'y est pas

Le nombre d’opérations de l’obésité a explosé en France ces 20 dernières années. Mais les conditions de réalisation de ces opérations ne sont pas toujours optimales selon la Haute autorité de santé (HAS). 

La chirurgie de l'obésité explose en France, mais la qualité n'y est pas belchonock/epictura

  • Publié 16.02.2018 à 11h05
  • |
  • |
  • |
  • |


La chirurgie de l’obésité est de plus en plus pratiquée en France. Il y a eu 20 fois plus d’opérations en 2016 qu’en 1997. Leur nombre est passé de 2 800 à 59 300. C’est le constat d’un rapport sur le développement de la chirurgie de l’obésité en France réalisé par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

La méthode "sleeve" largement répandue

La chirurgie de l’obésité, aussi appelée chirurgie bariatrique, peut être réalisée de différentes manières. La "sleeve" est irréversible et consiste à enlever les deux tiers de l’estomac. C’est la méthode la plus pratiquée en France, elle représente 58,5% des opérations en 2016.

Le "bypass" est un court-circuit : les chirurgiens font dériver une partie de l’estomac directement vers l’intestin pour réduire l’absorption des aliments. Cette technique représente 25% des opérations.

Enfin, l’anneau gastrique peut être posé sur la partie supérieure de l’estomac. En ralentissant le passage des aliments dans l’estomac, cela permet au patient de manger moins. Mais cette pratique est de moins en moins courante, elle est passée de 53,6% des opérations en 2006 à moins de 4% en 2016. En moyenne, les patients perdent entre 20 et 30% de leur poids dans l’année qui suit l’opération. 

Les femmes plus concernées 

Ces opérations sont réservées à des patients dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 40, lorsque qu’aucune autre méthode n’a fonctionné sur eux avant. 80% des personnes opérées sont des femmes. La plupart des patients ont entre 25 et 54 ans, mais en 20 ans, le nombre d’opérations sur des patients de plus de 64 ans a presque décuplé. 

La nécessité d’améliorer la prise en charge préopératoire

La Haute autorité de santé publiait en décembre dernier, un rapport sur la chirurgie bariatrique en France. Les résultats sont plutôt mitigés. "Une grande partie des patients ne bénéficierait pas d’une prise en charge préopératoire suffisante pour assurer la pertinence et la réussite de leur chirurgie", indique le texte. Trois patients sur dix n’ont pas reçu d’examens pré-opératoires satisfaisants. Les experts de la HAS recommandent aussi une meilleure concertation entre les différents professionnels de santé. De fait, seulement 4 opérations sur dix ont été décidées lors d’une concertation entre plusieurs médecins : chirurgien, diététicien, endocrinologue, psychiatre, etc. Dans ces cas, le médecin traitant n’était pas averti de l’opération. 

D’après l’étude de la DREES, l’obésité concerne 15% de la population française, 750 000 personnes sont considérées en obésité morbide.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité