Publicité

QUESTION D'ACTU

Décryptage

Tabac : les cigarettiers auraient falsifié les tests sur les goudron et la nicotine

Après le "Dieselgate", le "Filtergate". Les 4 principaux cigarettiers sont accusés par le Comité National contre le Tabagisme (CNCT) d'avoir manipulé leur filtres de cigarettes afin de fausser les tests réglementaires pour mesurer la teneur en nicotine et en goudron des cigarettes. Une "falsification" obtenue grâce à de minuscules trous dans les filtres, technique connue dans l'industrie du tabac. Explications. 

Tabac : les cigarettiers auraient falsifié les tests sur les goudron et la nicotine Dmyrto_Z/Epictura

  • Publié 09.02.2018 à 17h00
  • |
  • Mise à jour le 09.02.2018 à 19h50
  • |
  • |
  • |


Le Comité national contre le tabagisme (CNTC) a déposé une plainte devant le procureur de la République contre les 4 principaux cigarettiers : Philip Morris, British American Tobacco, Imperial Brand et Japan Tobacco, pour "mise en danger délibérée de la personne d’autrui", révèle ce vendredi Le Monde. En cause : la teneur réelle en goudron serait "entre deux et dix fois supérieure à celle indiquée (sur les paquets ndl) et de cinq fois supérieure pour la nicotine", précise la plainte. En somme, les taux officiels de ces substances affichés sont largement inférieurs à la réalité.

Des micro-perforations invisibles à l'oeil nu

Les filtres de la majorité des cigarettes seraient percés de micro-trous "de ventilation", difficilement visibles à l’œil nu quand on déplie le filtre et qu'on le regarde à contre jour. Selon le CNCT, ce système qui a initialement été utilisé pour moduler le gout de la cigarette peut aussi servir pour fausser les tests. Cette "tromperie" a déjà été dénoncée dans d'autres pays.
Lors des tests standardisés, ces micro-trous de ventilation permettent une dilution de la fumée lorsque les taux de goudron, nicotine et monoxyde de carbone sont mesurés avec une machine à fumer réglementaire. Par contre, lorsque la cigarette est normalement fumée, les lèvres et les doigts du fumeur bloqueraient les micro-orifices, ce qui augmente mécaniquement les taux de nicotine et de goudrons inhalés jusqu'à des taux très supérieurs à ceux déclarés officiellement sur les paquets.
En somme, les niveaux de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone qui pénètrent dans les poumons de certains fumeurs seraient entre deux à dix fois supérieurs à ce qui serait annoncé.

Une "ruse" connue dans l'industrie du tabac

Ce procédé est connu des cigarettiers. Une fois le goût de la cigarette défini, il est possible d’en faire varier la puissance et de réduire la teneur en fumée. Notamment en modifiant le filtre avec des micro-perforations, en ajustant la longueur, la finesse des fibres ou la densité.
Le papier qui entoure le tabac et le filtre peut également être ajusté. Chaque marque utilise sa propre technique mais aujourd'hui "97% des cigarette comportent des perforations invisibles du filtre" qui ne sont pas là pour agir sur le goût, mais sur les tests, d'après le CNCT.
Ce procédé existe depuis les années 50, quand les Etats-Unis ont durci la réglementation sur les cigarettes et donné lieu à diverses plaintes dont une en 1982 en Suisse.

Un marché à deux vitesses

Chaque jour dans le monde, 11 millions de cigarettes sont vendues, générant ainsi 39 milliards de bénéfices, soit l'équivalent du PIB du Luxembourg. En 2015 en France, 34% des hommes et 28% des femmes fumaient. Si les Russes sont les plus gros consommateurs, les Français ne sont pas en reste : l’Hexagone compte plus de 13 millions de fumeurs qui consomment chaque année 55 000 tonnes de tabac. Selon l’OFDT, 55 000 000 000 de cigarettes ont été vendues en France en 2014.

Mais le marché va mal : globalement, les Français fument moins et se tournent de plus en plus vers la cigarette électronique. L’augmentation du prix des paquets joue un rôle prépondérant dans le désintérêt des Français (+ 1 euros à compter du 1er mars 2018). Une étude menée en juillet 2017 sur l'impact de la hausse des paquets de cigarettes  et publiée dans la revue Epidemiology avance que le fait d’augmenter d’un dollar le prix du paquet de cigarettes permet d’accroître les probabilités de sevrage parmi les fumeurs, notamment chez les fumeurs de longue date. Le gouvernement a annoncé son intention de porter progressivement le prix du paquet de cigarettes à dix euros, contre environ sept actuellement (+40 %). 

D’autres en revanche se tournent vers le marché noir : 25% de la vente de cigarettes en France se ferait sur le marché noir selon une étude menée par le cabinet KPMG et relayée par le Figaro. Une économie souterraine entrainant un manque à gagner de 3 milliards d’euros.

Les cigarettes tentent le tout pour le tout

Les campagnes de prévention et les effets délétères du tabagisme (qu’il soit actif ou passif) sont désormais considérés comme un véritable problème de Santé publique : en France, un cancer sur 3 est lié à la consommation de tabac et on récence en moyenne 70 000 décès chaque année à cause du tabagisme. Le fait de fumer un paquet par jour serait même associé à au moins 150 mutations par an dans les cellules pulmonaires, selon une étude publiée en novembre 2016 dans la revue Science. Au total, la cigarette contiendrait plus de 7 000 substances chimiques différentes, dont plus de 70 sont connues pour être cancérigènes.

Mais cette prise de conscience collective affecte les bénéfices de l’industrie du tabac qui n’a pas d’autres solutions que de se montrer plus agressive. En rusant avec des micro-perforations dans les filtres par exemple.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité