Publicité

QUESTION D'ACTU

Fibrillation auriculaire

La cardiologie sauve les cœurs qui s’affolent

Selon une nouvelle étude du Canadian Journal of Cardiology, les soins en cardiologie sont automatiquement associés à un taux de mortalité inférieur de 32 % chez les patients atteints de fibrillation auriculaire.

La cardiologie sauve les cœurs qui s’affolent SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 29.11.2017 à 10h14
  • |
  • |
  • |
  • |


La fibrillation auriculaire (FA) est un trouble du rythme du cœur assez banal, surtout en vieillissant. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on estime qu’en 2050, la France comptera 2 millions de personnes qui souffriront de ce problème. Ce trouble serait parfaitement supportable, si le cœur, en battant mal, n’avait la mauvaise idée d’envoyer des caillots de sang dans la circulation. Et lorsqu’un caillot arrive dans une petite artère du cerveau, il la bouche. Et c’est l’accident vasculaire cérébral.

La fibrillation auriculaire prend des proportions épidémiques dans le monde entier. Les chercheurs ont constaté que les soins cardiologiques étaient associés à un taux de mortalité inférieur de 32 %. Cependant, les opinions divergent quant à savoir si cet effet exige que tous les patients atteints de FA aillent voir un cardiologue.
La FA est un trouble fréquent, constitué de battements cardiaques sautés ou irréguliers (arythmies) qui peuvent entraîner des caillots sanguins, des accidents vasculaires cérébraux, une insuffisance cardiaque et d'autres complications cardiaques. Il y a environ 30 millions de cas dans le monde.

 A qui la faute ?

Pour autant, tous les patients doivent-ils impérativement consulter un cardiologue ? Dans un éditorial, le professeur adjoint de cardiologie Stephen Wilton s’interroge. Il souligne que les données de l'étude n'expliquent pas si les 15 % de patients non vus par un cardiologue n'ont jamais été référés ou s'ils ont refusé une recommandation : "Le résultat le plus surprenant de cette étude est le taux élevé de décès dans la cohorte, ce qui signifie qu'un nouveau diagnostic de FA devrait être considéré comme un marqueur important du risque d'événements cardiovasculaires.

Les chercheurs ont tout de même démontré qu'un patient sur 15 présentant une FA nouvellement apparue est décédé dans l'année suivant le diagnostic. La majorité (85 %) des nouveaux cas de FA a vu un cardiologue.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité