Publicité

QUESTION D'ACTU

Un ouvrage accuse

Alcoolisation des jeunes : lobbies et politiques en accusation

Amine Benyamina, psychiatre et addictologue à Villejuif, signe un ouvrage au titre choc « Comment l’alcool détruit la jeunesse, la responsabilité des lobbies et des politiques ». Un livre qui revient sur le rôle des alcooliers dans la législation, et son impact sur la jeunesse.

Alcoolisation des jeunes : lobbies et politiques en accusation Alastair Grant/AP/SIPA

  • Publié 26.10.2017 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


55.000 morts tués par l’alcool chaque année en France. « C’est le deuxième drogue qui tue », ajoute Amine Benyamina. Une situation qui scandalise ce psychiatre et addictologue de l’hôpital Paul Brousse à Villejuif. Il a publié un ouvrage en septembre dernier, « Comment l’alcool détruit la jeunesse, la responsabilité des lobbies et des politiques », aux éditions Albin Michel.

Ecoutez...
Amine Benyamina, Addictologue, Villejuif : « Le lobbying a existé et continue à exister... »


L’affaiblissement de la loi Evin est au coeur de ce livre. Votée en 1991, elle a pour but initial de lutter contre le tabagisme et l’alcoolisme, mais au fur et à mesure des années, elle a été vidée de sa substance, selon ce médecin. Plusieurs modifications ont été adoptées, la loi Santé 2016 réautorise, par exemple, la mise en avant de certains produits alcoolisés, selon la région de production ou selon un savoir-faire particulier. Le résultat de la pression des lobbys pour ce spécialiste.

Le binge drinking, une pratique répandue

Les jeunes sont souvent poussés à la consommation excessive, comme le binge drinking, la « beuverie express ». « Le binge drinking est un phénomène qui a été très largement provoqué par l’intervention des lobbys », indique Amine Benyamina. Les lobbys ont sponsorisé des soirées étudiantes, offert des objets avec leur logo. Surtout, ils adaptent leur offre en proposant certains types d’alcool: « On peut trouver des pré-mélanges, des boissons alcoolisées très sucrées, du rosé pamplemousse ou sucette par exemple, tout ça, ça permet d’attirer une clientèle qui n’est pas habituée à l’alcool. ».

 

Ecoutez...
Amine Benyamina, Addictologue, Villejuif : « La non-consommation était perçue par elle comme une mise à l'écart...»


Aujourd’hui, l’addictologue demande aux autorités publiques de réagir. « On veut une politique de prévention claire, que la Loi Evin retrouve son esprit de départ, c’est-à-dire une loi qui encadre la publicité pour protéger les personnes vulnérables, et une augmentation de la taxation de l’alcool. » Amine Benyamina indique qu’en France, l’alcool coûte 120 milliards d’euros à l’Etat chaque année. Les taxes, elles, ne rapportent que 3,3 milliards d’euros.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité