Publicité

QUESTION D'ACTU

Nurses' Health Study II

Diabète de la grossesse : risque cardiovasculaire augmenté

Chez les femmes qui ont eu un diabète au cours de la grossesse, on observe une augmentation du risque cardiovasculaire sur le long terme, mais ce sur-risque pourrait être atténué.

Diabète de la grossesse : risque cardiovasculaire augmenté IgorTishenko/epictura

  • Publié 18.10.2017 à 08h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Le diabète gestationnel correspond à une altération de la « tolérance au glucose » pendant la grossesse. Les recommandations internationales classent le diabète gestationnel parmi les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire chez les femmes.
Chez les femmes, les antécédents de diabète au cours de la grossesse, ou « diabète gestationnel », sont associés à un sur-risque modéré de maladies cardiovasculaires sur le long terme. Cependant, le taux absolu de maladies cardiovasculaires reste faible dans le groupe de femmes les plus jeunes et chez celles qui ont un mode de vie sain. De plus, ce risque semble s’atténuer au fil du temps. C’est ce qui ressort d’un nouvel article publié dans JAMA Internal Medicine.

La cohorte Nurses' Health Study II

Les chercheurs du National Institutes of Health, Bethesda, Etats-Unis, ont découvert cette relation en analysant prospectivement le risque cardiovasculaire chez les femmes avec des antécédents de diabète gestationnel dans la Nurses' Health Study II. Il s’agit d’une cohorte prospective qui a débuté en 1989 en recrutant plus de 116 000 infirmières âgées de 24 à 44 ans. Des antécédents de diabète gestationnel ont été enregistrés sur le questionnaire initial et les données de santé ont été mises à jour tous les deux ans. Le critère principal de l'étude est un critère composite regroupant les crises cardiaques (infarctus du myocarde) non mortelles et mortelles, et les accidents vasculaires cérébraux survenant à partir du début du questionnaire.

Un sur-risque cardiovasculaire modeste

Près de 90 000 femmes de la Nurses' Health Study II étaient admissibles à l'analyse pour l'étude en cours et près de 5 300 femmes (5,9 %) avaient des antécédents de diabète gestationnel.

De nouveaux évènements cardiovasculaires du critère primaire sont survenus chez 1 161 femmes ayant eu des enfants sur les 26 ans de suivi, dont 612 crises cardiaques et 553 accidents vasculaires cérébraux.

Un risque qui peut être réduit par un mode de vie sain

Bien qu'un risque légèrement plus élevé de maladie cardiovasculaire ait été associé à des antécédents de diabète gestationnel par rapport aux femmes qui n’en avaient pas eu, la différence de risque absolu est faible.

De plus, le sur-risque cardiovasculaire semble pouvoir être atténué en adhérant à un mode de vie sain (par exemple, une alimentation saine, une activité physique, ne pas fumer et ne pas être en surpoids ou obèse) dans les années suivantes.
Ces femmes doivent cependant être suivies pour évaluer les complications à plus long terme de l’impact sur la santé d’un diabète gestationnel.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité