Publicité

QUESTION D'ACTU

Tests sur le singe

VIH : trois anticorps combinés combattent le virus

Un anticorps "trois-en-un" permet de se défendre efficacement contre le VIH. Testée chez le singe, la molécule a livré des résultats prometteurs.

VIH : trois anticorps combinés combattent le virus shefkate/epictura

  • Publié 22.09.2017 à 08h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Littéralement du trois en un. Des chercheurs des Instituts Américains de la Santé (NIH) ont mis au point une combinaison d’anticorps capable de neutraliser l’action du VIH. Un tir groupé qui s’avère plus efficace que l’administration séparée de chaque anticorps, comme le montre une étude publiée dans Science.
Les travaux, réalisés sur des macaques rhésus, ne devraient être reproduits chez l’être humain.

Ce n’est pas la première fois que des anticorps neutralisants sont testés contre le virus responsable du sida. Mais à chaque fois, le même écueil ressort. Cibler une seule zone du VIH ne permet pas de protéger d’une infection, ni même de la traiter.

« On voit que les anticorps ne sont pas assez larges dans leur spectre d’action pour contrôler le virus de manière durable, explique à Pouruqoidocteur le Pr François Dabis, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS). Le modèle était intéressant, mais il ne fonctionnait que provisoirement, ou sur un spectre donné. »

Un modèle idéal

Le VIH est en effet connu pour évoluer rapidement et résister aux traitements en passant par leurs points faibles. A ce titre, l’approche mise au point par les NIH et le laboratoire Sanofi semble idéale. Trois zones du virus sont ciblées par trois anticorps différents réunis en une même molécule. En théorie, multiplier les cibles devrait compliquer la tâche du virus.


Ce schéma représente l'anticorps "trois-en-un". Les segments de différentes couleurs se lient à différentes zones du virus (NIAID)


« Ces chercheurs sont arrivés à construire quelque chose qui serait plus vaste capable d’éviter ce phénomène d’échappement immunologique, ce qui est nouveau », commente François Dabis. Restait à confirmer cette hypothèse chez des êtres vivants.

Avant de tester les anticorps chez l’homme, la recherche animale est incontournable. 24 singes rhésus ont donc été sélectionnés. « C’est le meilleur modèle animal à ce jour en ce qui concerne cette maladie », rappelle le Pr Dabis. Les macaques ont été séparés en trois groupes, qui ont suivi différents traitements.

Une issue incertaine

Deux groupes ont été exposés à un anticorps neutralisant unique, puis au VIH, et un troisième à la combinaison de trois molécules. Et cette dernière méthode s’avère particulièrement efficace. Aucun des singes n’a développé de signe d’infection… ce qui n’est pas le cas dans les autres groupes.

Les anticorps bloquent aussi plus efficacement la propagation du virus à partir des cellules infectées. Des résultats encourageants. Mais le directeur de l’ANRS reste prudent.

« C’est un pari dont l’issue est totalement incertaine, pondère François Dabis. Il faut imaginer que ces molécules sont artificielles, avec tout ce que cela peut comporter d’incertitudes sur le système immunologique humain. »

Ces résultats sont toutefois suffisamment positifs pour mettre en route un essai clinique chez l’homme. Les premiers tests, prévus pour 2018, devront confirmer que cet anticorps « trois-en-un » ne présente pas de danger pour l’être humain et détailler la façon dont il est assimilé par l’organisme.

Un complément aux traitements

Le laboratoire Sanofi a prévu de mener l’essai auprès de deux groupes : des personnes en bonne santé et des patients séropositifs. Un choix qui n’est pas fait au hasard. « On espère que ces anticorps pourront agir en tant que méthode thérapeutique, mais aussi à des fins préventives, comme un vaccin », détaille François Dabis.

C’est d’ailleurs tout le mystère qui plane autour de ces anticorps : à quels fins seront-ils utilisés ? Une chose est sûre, ils n’auront pas vocation à remplacer les médicaments antirétroviraux, qui constituent actuellement la meilleure option. « Aujourd’hui, un patient qui prend correctement son traitement permet 99 % de chances de contrôler le virus, souligne le Pr Dabis. On pense plutôt à des associations qui permettraient d’alléger ou de simplifier le traitement. »

La piste des combinaisons est d’autant plus envisageable que le mode d’action est complémentaire : les anticorps neutralisants agissent sur le système immunitaire, ce qui n’est pas le cas des antirétroviraux.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité