Publicité

QUESTION D'ACTU

World Trade Center

11 septembre : les rescapés souffrent seize ans après

Ils ont survécu à l'une des pires attaques terroristes du 21e siècle. Mais ils ne sont pas sortis indemnes. Ils souffrent de maladies cardiaques et de cancers. 

11 septembre : les rescapés souffrent seize ans après BOISIERE/SIPA

  • Publié 11.09.2017 à 19h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Seize ans jour pour jour, les tours jumelles du World Trade Center de New York s’écroulaient après avoir été percutées par deux Boeing. Ces attentats-suicides commandités par le groupe Al-Qaïda ont fait 2 977 morts.

Encore aujourd'hui, les milliers de rescapés subissent les effets de cette tragédie. Plusieurs études publiées récemment révèlent que les survivants et les sauveteurs sont aujourd’hui confrontés à de graves problèmes de santé.

L’une d’elles parue dans Injury Epidemiology montre que les salariés des tours et les secouristes qui ont inhalé l’épais nuage de poussières ou qui ont été victimes de traumatismes crâniens et de fractures sont plus à risque de pathologies cardiovasculaires et pulmonaires.

Les chercheurs du département de la santé de la ville de New York ont étudié plus de 73 000 personnes exposées à ces attaques. Des victimes toujours suivies aujourd’hui et qui souffrent davantage d’angine de poitrine, de crise cardiaque et d’asthme que la population générale.


Des milliers d'écoliers impactés

Et ce nuage toxique n’a pas épargné les écoles situées à proximité du World Trade Center. Des travaux présentés dans Environment International rapportent eux aussi les dommages causés pour le cœur et les vaisseaux sanguins chez des enfants directement exposés. Les médecins de l’université NYU Langone suivent près de 3 000 écoliers ayant vécu le 11 septembre 2001.

Ces derniers sont aujourd’hui de jeunes adultes. Et si l’attentat est loin derrière eux, le drame semble les avoir marqués à vie. Les scientifiques ont en effet observé la présence d’une quantité importante de gras dans les artères des jeunes les plus exposés aux poussières, et en particulier aux substances appelées les perfluoroalkyles que l’on retrouve dans les mousses anti-incendie ou les textiles.
Leurs vaisseaux sanguins semblent également avoir perdu de leur élasticité. C’est la première fois qu’une étude suggère des risques à long terme pour la santé cardiovasculaire de ces enfants.


Plus de cancers de la langue et de la gorge

Cette poussière toxique serait également responsable de milliers de cas de cancers. Selon les derniers chiffres des autorités sanitaires américaines, plus de 5 400 cas pourraient être attribués aux attentats. Les cancers de la tête et du cou seraient les principales maladies cancéreuses observées chez les miraculés, mais également les équipes de secours.
Selon des chercheurs de l'université Rutgers, les cancers de la gorge et de la langue sont particulièrement nombreux par rapport à la population générale. Ce risque pourrait être lié à une vulnérabilité plus forte aux papillomavirus (HPV), suggèrent-ils.

Les universitaires ont émis cette hypothèse, car ils ont découvert que 80 % des tumeurs étudiées chez les rescapés de l’attentat sont induites par une infection par HPV contre 10 % dans la population de moins de 69 ans. S’ils ont raison, il serait alors possible de prévenir ces cancers grâce à la vaccination.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité