Publicité

QUESTION D'ACTU

Surface du corps touchée

Psoriasis : les formes sévères favorisent un décès précoce

Lorsque les plaques occupent plus de 10 % du corps, le risque de décès prématuré est doublé.

Psoriasis : les formes sévères favorisent un décès précoce Mysi Ann/Flickr

  • Publié 05.09.2017 à 12h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Ces plaques rouges et douloureuses transforment en enfer la vie des patients. Et réduisent aussi sa durée. Les personnes souffrant d’un psoriasis sévère sont deux fois plus exposées à un décès prématuré, révèle une étude de l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis). Parus dans le Journal of Investigative Dermatology, ces travaux montrent un lien entre l’étendue des symptômes et la mortalité précoce.

Pour les biens de leurs recherches, les scientifiques ont rassemblé les dossiers médicaux de 87 000 personnes en bonne santé, et les ont comparés à ceux de 8 700 malades atteints de psoriasis. Des questionnaires ont ensuite été envoyés aux médecins généralistes suivant ces personnes. L’objectif : déterminer si le pourcentage de peau couverte par des plaques psoriasiques influence le pronostic.

Risque doublé

Les conclusions sont édifiantes. Plus le corps est touché par les lésions, plus le risque de mortalité prématurée est élevé pour le patient. Lorsque plus de 10 % de l’enveloppe cutanée, la probabilité de décès est presque doublée.

Ainsi, un décès supplémentaire est constaté pour chaque tranche de 390 patients atteints de psoriasis sévère, par rapport à ceux présentant des symptômes moins marqués. Et c’est bien la maladie qui est en cause. Cet écart persiste même après avoir pris en compte les pathologies – nombreuses – qui coexistent avec cette affection auto-immune.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Espérance de vie réduite

De fait, les personnes souffrant du psoriasis sont clairement défavorisées. Selon les études, leur espérance de vie est réduite de 3 à 5 ans. « Nous savons que le psoriasis est associé à un risque accru de comorbidités, comme des maladies rénales chroniques, un diabète et des maladies cardiovasculaires, reconnaît Joel Gelfand, principal auteur de cette étude, mais nous ne comprenons pas encore en quoi la sévérité du psoriasis affecte le risque futur de troubles majeurs de santé. »

L’inflammation provoquée par le psoriasis pourrait en partie expliquer ce lien. En effet, cette maladie auto-immune est à l’origine d’une prolifération excessive des cellules de la peau – ce qui provoque les plaques rouges qui la caractérisent. Une réaction inflammatoire se produit aussi, avec des effets plus larges sur la santé du patient.

L’espoir reste permis. Les biothérapies et autres traitements de fond de la maladie permettent de limiter les symptômes du psoriasis. Certaines études ont montré qu’un bon suivi réduisait aussi la survenue de pathologies associées.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité