Publicité

QUESTION D'ACTU

Victoire sociale et juridique

Avortement : le Chili l'autorise sous conditions

Le Tribunal constitutionnel du Chili a validé l’autorisation de l’IVG en cas de viol, notamment, lorsque la grossesse met en danger la santé de la mère.

Avortement : le Chili l'autorise sous conditions Esteban Felix/AP/SIPA

  • Publié 22.08.2017 à 13h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Chaque année, près de 120 000 avortements illégaux seraient pratiqués au Chili. Une partie d’entre eux seront désormais autorisés. Le Tribunal constitutionnel chilien vient en effet de valider ce lundi la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), sous certaines conditions, validant ainsi un vote du Congrès.

Le 2 août dernier, les députés avaient voté une loi autorisant l’IVG en cas de viol, lorsque la santé de la mère est mise en danger, ou lorsque le fœtus n’est pas estimé viable. Mais des parlementaires de droite avaient soulevé un problème de constitutionnalité, arguant une atteinte au principe de droit à la vie, figurant dans la Constitution chilienne. Les « Sages » sont donc allés à l’encontre de cette réclamation.

28 ans plus tard

Le Chili était pourtant en avance de nombreux pays. Dès 1931, soit près de 25 ans avant la France, l’avortement thérapeutique avait été autorisé. Mais en 1989, sous la dictature Pinochet, il avait été supprimé.

Dans ce pays dominé par l’Église catholique, le rétablissement de ce droit aura pris 28 ans. Et rien n’était gagné d’avance. Au Congrès, alors que la droite était unie pour faire face au projet de loi, la gauche était divisée. Le Tribunal constitutionnel ne l’a ensuite validé que par six voix contre quatre.

L’insistance de Michelle Bachelet, n’y est pas étrangère. Cette bataille faisait partie des promesses électorales de la présidente socialiste, elle-même pédiatre et ancienne ministre de la Santé. Cette victoire sociale est, en plus, une victoire politique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

La population soutient la décision

D’après les sondages, plus des deux tiers des Chiliens sont en accord avec la réforme. Dès l’annonce, des centaines de personnes se sont retrouvées dans les rues de Santiago, la capitale, pour exprimer leur joie.

« Ce que signifie sans ambiguïté cette décision, c'est que le Chili ne figurera plus, une bonne fois pour toutes, sur la liste des pays qui pénalisent encore l'avortement dans tous les cas de figure », a déclaré Ana Piquer, directrice d'Amnesty International pour le Chili.

En Amérique Latine, trois autres pays interdisent encore totalement l’IVG, quelles que soient les conditions : le Salvador, le Surinam, le Nicaragua. Dans le monde, il en reste désormais 17, dont quatre en Europe. À Malte, en Andorre, au Vatican et à Saint-Marin, elle est en effet toujours strictement interdite.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité