Publicité

QUESTION D'ACTU

Réchauffement climatique

L’ozone tuera trois fois plus à l'horizon 2060

La France sera parmi les pays d’Europe les plus durement touchés par l’impact sanitaire de l’ozone. Une grande étude chiffre pour la première fois la forte augmentation à craindre de la mortalité prématurée. 

L’ozone tuera trois fois plus à l\'horizon 2060 ALFRED/SIPA

  • Publié 14.03.2013 à 16h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Les ours polaires et les manchots ne seront pas les seuls à subir les conséquences dramatiques du changement climatique. Les effets se font déjà ressentir sur la santé des populations humaines. Et les pronostics d’une grande étude européenne, publiée dans une revue internationale dédiée aux maladies respiratoires, ne sont pas rassurants.

Des chercheurs suédois se sont intéressés à l’un des polluants particulièrement néfaste pour la santé : l’ozone, dont on sait que sa concentration dans l’air augmente avec la température. Ils ont mis au point deux modèles statistiques très détaillés pour estimer pour la première fois quel sera l’impact de l’augmentation de l’ozone dans l’air sur la mortalité prématurée et les hospitalisations pour maladies respiratoires dans les grandes villes des 27 pays européens. La première partie de leur étude, entre 1961 et 2009, montre une augmentation de 5% en Belgique, en Irlande, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. En valeur absolue, cela correspond à 647 personnes de plus dont le décès a été directement accéléré par l’ozone et 900 hospitalisations supplémentaires pour maladie respiratoire.

 

La deuxième partie de l’étude est plus prédictive puisqu’il s’agit d’estimer les effets à attendre jusqu’en 2060. Les chercheurs ont donc intégré dans leurs modèles statistiques l’hypothèse d’une élévation de la température de 2° d’ici à 2060, ce qui correspond aux scénarios plutôt optimistes des spécialistes du climat. L’augmentation attendue de la mortalité prématurée et des hospitalisations pour atteinte respiratoire à l’horizon 2060 sera de 15% par rapport à la période 1960-1990 choisie comme référence.

Ecoutez Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche de l’équipe Inserm Epidémiologie des maladies allergiques et respiratoires à Paris : « En 100 ans, la mortalité liée à l’ozone aura été multipliée par 3, principalement en France, Belgique, Espagne et Portugal. »



En revanche dans les pays nordiques et baltes, l’ozone ne tuera pas plus voire moins en 2060 qu’au siècle précédent. « La densité de population et donc l’ampleur du trafic automobile ne sont pas du tout les mêmes qu’en Europe du Sud », avance la spécialiste pour expliquer cette différence. Le transport routier, par la combustion d’énergies fossiles, est en effet à l’origine de plus de la moitié des émissions en ozone.

Ecoutez Isabella Annesi-Maesano: « Laissons nos voitures et marchons, c’est bon pour notre santé et pour la planète ! »


La Commission européenne, qui a déclaré l’année 2013 « Année de l’Air », prépare à cette occasion une refonte complète des textes portant sur la qualité de l’air. Les perspectives révélées par cette grande étude suédoise confirment l’urgence à agir.   

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité