Publicité

QUESTION D'ACTU

Hémorragies

Les dauphins inspirent la médecine d'urgence

En plaçant une poche de glace sur le front de patients qui ont perdu beaucoup de sang, il serait possible de maintenir la tension artérielle plus haute, plus longtemps.

Les dauphins inspirent la médecine d'urgence DeepBlueDiving.gr/flickr

  • Publié 19.07.2017 à 16h31
  • |
  • |
  • |
  • |


En situation d’urgence, les services médicaux sur le terrain ne disposent pas toujours de matériel suffisant pour traiter des traumatismes graves, lors d’accidents de voiture ou sur les terrains d’opération militaire, par exemple. Leur mission se résume en général à stabiliser le patient jusqu’à son arrivée à l’hôpital, où il pourra être soigné.

Toutes les petites astuces sont donc les bienvenues. Une équipe de l’université de Buffalo (États-Unis) s’est aperçue qu’en plaçant un simple sac d’eau glacée sur le front, les yeux et les pommettes d’un patient hémorragique, il était possible de limiter la chute de sa tension artérielle.

« Nous avons besoin de comprendre comment nous pouvons prolonger la survie en cas de perte de sang sévère, explique Zachary Schlader, l’auteur principal de l’étude. Et ça se résume souvent à maintenir la pression artérielle. Plus vous perdez de sang, plus vous compromettez vos chances d’y parvenir. »


Crédits : Douglas Levere/University at Buffalo

 

Réflexe d’immersion

L’idée paraît presque simpliste pour être efficace, mais elle s’appuie sur un réflexe physiologique : c’est en observant les phoques et les dauphins que les chercheurs ont décidé de tester cette méthode. Ces mammifères ont en commun un « réflexe d’immersion », qui se déclenche lorsque le haut de leur face est en contact avec de l’eau froide (à 20 °C maximum), c’est-à-dire lorsqu’ils amorcent une plongée.

Ce réflexe se manifeste par un ralentissement de la fréquence cardiaque, et une contraction des vaisseaux sanguins périphériques. Il est particulièrement fort chez les phoques, dont le rythme cardiaque chute par exemple de 125 à 10 pulsations par minute. La vasoconstriction permet aussi de faire affluer le sang en direction du cœur et du cerveau, maintenant ainsi en vie les organes prioritaires, et prolongeant ainsi les capacités d’apnée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Des vestiges de vie aquatique

Le phénomène s’observe chez les mammifères aquatiques, mais aussi chez l’homme, dans une moindre mesure. Peut-être quelques restes de l’évolution. Il pourrait être détourné pour les cas critiques, estiment les chercheurs de l’université de Buffalo. Pour tester leur idée, ils ont reproduit les conditions d’une hémorragie chez une dizaine de personnes. 

Pour simuler la perte de sang, ils ont placé le bas de leur corps dans un appareil à pression négative pendant quelques minutes. La machine qui pompe l’air fait affluer le sang vers les jambes, provoquant ainsi une baisse de la pression artérielle.


Appareil à pression négative (Crédits : Douglas Levere/University at Buffalo)

Ils ont ensuite posé le petit sac congélation rempli d’eau à une température proche de 0 °C sur le front et le visage des patients. Et la technique a fonctionné : la tension des patients s’est stabilisée. « Ça n’est pas très agréable, mais ça peut vous faire gagner 15 minutes », estime Zachary Schlader.

Applicable immédiatement

Les traumatismes sont l’une des premières causes de mortalité avant 40 ans. Et, le plus souvent, les hémorragies sont le vecteur du décès, surtout sur les terrains militaires. Cette petite astuce facile et rapide à mettre en œuvre, peu coûteuse, pourrait donc sauver quelques vies, sans pour autant bouleverser des protocoles de soins établis.

L’étude, présentée dans différents congrès, n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique. Mais les chercheurs continuent leurs expériences. Ils tentent maintenant de déterminer si l’utilisation de packs de froid, plus faciles d’utilisation qu’un sac rempli d’eau froide, pourrait faire l’affaire.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité