Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie positive

Cantines : changer le nom des plats augmente la consommation de légumes

En modifiant l'intitulé des plats servis dans les cantines d'étudiants, des chercheurs ont réussi à augmenter de 25 % la consommation de légumes. 

Cantines : changer le nom des plats augmente la consommation de légumes odua/epictura

  • Publié 13.06.2017 à 18h42
  • |
  • |
  • |
  • |


Parfois, il en faut peu. Pour faire aimer les légumes aux plus réticents, certains rivalisent d’originalité : brocolis planqués sous le fromage, épinards hachés, mixés, transfigurés… Alors qu’il suffirait de donner au plat un nom un peu tendance, et le tour est joué. Tel est en tout cas le constat tiré d’une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine.

Des chercheurs de l’université de Stanford ont ainsi réussi à augmenter de 25 % la consommation de légumes dans une cantine estudiantine en ne touchant rien aux recettes mais en modifiant l’intitulé des plats, tout simplement.

"Haricots crépitants"

Les étudiants se sont ainsi rués sur les « haricots crépitants » (sizzlin' beans), les « betteraves-dynamite » (dynamite beets) ou encore les « entortillés de carottes glacées au citron » (twisted citrus-glazed carrots)… Alors que les mêmes plats, présentés sous un intitulé moins attractif, qui insiste davantage sur l’aspect sain, remportaient nettement moins d’adhésion.

Chaque jour, les chercheurs ont ainsi alterné les intitulés selon quatre modèles. Le premier consistait en une présentation basique : « carottes ». Le deuxième s’appuyait sur un déterminant de santé restrictif : « carottes, sauce citron sans sucres ». Le troisième insistait sur l’aspect sain de manière plus positive : « carottes sauce citron enrichie en vitamine C ». Dans le dernier modèle, un nom attractif était retenu : « entortillé de carottes glacées au citron » ou encore « quartier de courge musquée, mêlée d’ail et gingembre »…

Ne pas moraliser 

Au bout de 46 jours, les chercheurs ont pu observer que les plats à base de légumes et portant un nom attractif étaient les plus fréquemment choisis. Au contraire, les plats dont l’intitulé incluait une mention dite restrictive sur la santé (« allégé », « pauvre en graisses », « complet »…) étaient les moins choisis.

Ces travaux suggèrent que les messages culpabilisants ou moralisateurs ont tendance à manquer leur cible, quand la psychologie positive s’avère finalement plus efficace. On pourrait souligner l’arnaque derrière ces intitulés, les recettes étant strictement les mêmes, mais il faut croire que la forme importe parfois davantage que le fond !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité