Publicité

QUESTION D'ACTU

Vancomycine

Antibiotiques : une ancienne molécule rendue 1 000 fois plus efficace

Des chercheurs américains ont modifié un antibiotique, découvert en 1956, qui pourrait permettre de lutter contre certaines bactéries résistantes.

Antibiotiques : une ancienne molécule rendue 1 000 fois plus efficace katerynakon - image d'illustration

  • Publié 05.06.2017 à 21h37
  • |
  • |
  • |
  • |


La menace de l'antibiorésistance pourrait avoir bien avoir reculé de quelques années. On rappelle que l'antibiorésistance, une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, est due à la capacité des bactéries à évoluer pour devenir résistantes aux antibiotiques. C'est le cas par exemple du staphylocoque doré. On estime que l'antibiorésistance est responsable de 25 000 décès par an en Europe.

C'est pourquoi cette découverte, dont les résultats ont été publiés dans Proceedings of the National Academy of Sciences le 30 mai 2017, est une excellente nouvelle : les chercheurs du Scripps Research Institute (Etats-Unis) ont développé une version « améliorée » de la vancomycine, un antibiotique découvert en 1956 et qui est efficace contre les staphylocoques, les streptocoques et les entérocoques.

Cet antibiotique « 3.0 » serait même 1 000 fois plus efficace que la version originale, selon Dale Boger, du Département de chimie du Scripps Research Institute, qui a dirigé les recherches. Il s'attaque aux entérocoques résistants, des bactéries qui ont causé environ 2 000 cas d’infections nosocomiales de 2005 à 201, en France, selon l'InVS.

Trois mécanismes d'action indépendants


Cette nouvelle version de la vancomycine dispose maintenant de trois mécanismes d'action indépendants. Tout d'abord, les scientifiques ont réussi à contrer le mécanisme développé par les entérocoques pour empêcher la vancomycine de « s’arrimer » à la bactérie et la détruire. Cette première étape a rendu son efficacité initiale à la molécule. Les chercheurs ont ensuite modifié chimiquement la structure de la molécule à deux endroits différents, lui offrant deux nouvelles « armes », pour percer la paroi des bactéries et les empêcher de se reproduire.

« Cela augmente la durabilité de l'antibiotique », explique Dale Boger, auteur principal de l'étude, dans un communiqué. « La bactérie ne peut pas trouver un moyen de contourner en même temps ces 3 mécanismes. Même si elle trouve une solution pour l'un d'eux, elle sera quand même détruite par les 2 autres ». Les médecins auraient donc besoin d'utiliser moins d'antibiotiques pour soigner leur patient atteint par des bactéries antibiorésistantes.

La « supervancomycine », qui n’a pour l’instant été testée que sur des cellules en laboratoire, sera ensuite testée sur l’animal, puis sur l’homme pour évaluer son efficacité et son innocuité.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité