Publicité

QUESTION D'ACTU

Perturbateurs endocriniens

Puberté précoce : des disparités régionales à relativiser

Les hôpitaux lyonnais et toulousains dépistent plus les cas de puberté précoce, faisant artificiellement monter les chiffres révélés par Santé publique France.

Puberté précoce : des disparités régionales à relativiser KatarinaGondova/Epictura

  • Publié 04.06.2017 à 12h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Dix fois plus de pubertés précoces à Lyon et à Toulouse. Une étude de Santé publique France présente des disparités territoriales inquiétantes, laissant soupçonner un impact fort de l’environnement, et en particulier de la présence de perturbateurs endocriniens, sur la maladie.

Mais ces disparités doivent être relativisées, estime le Pr Marc Nicolino, chef du service d’endocrinologie pédiatrique de l’hôpital Femme-Mère-Enfant des Hospices civils de Lyon.

Les chiffres de cette étude sont en effet issus de données qui comptabilisent les patients déclarés et traités pour cette pathologie, et les disparités géographiques apparaissent sans doute plus fortes qu’elles ne le sont en réalité, estime-t-il.

Lyon et Toulouse dépistent plus

« Les centres de Lyon et Toulouse sont de grosses structures drainant une population importante sur le plan régional, et prenant en charge depuis longtemps cette pathologie sur la base de modalités comparables et uniformes, explique le Pr Nicolino dans un communiqué. En l’occurrence, ils dépistent activement la puberté précoce et traitent systématiquement les jeunes patients. »

D’autres régions, à l’inverse, la dépistent et la traitent moins. Cette concentration de problèmes autour de ces deux villes serait donc plus causée par un biais statistique que par l’environnement, dont il discute l’impact exclusif.

Le gradient Nord-Sud qui apparaît dans les résultats s'observe aussi à plus grande échelle : plus on se rapproche de l'équateur, plus les pubertés sont précoces.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Objectif manqué

C’était pourtant l’objectif de l’étude. « L’étude est centrée sur des indicateurs sanitaires dont le lien avec une exposition aux perturbateurs endocriniens, au sens large, existe », résumait il y a quelques jours Sébastien Denis, directeur de la direction Santé et Environnement à Santé publique France.

L’exposition aux perturbateurs endocriniens est en effet une cause « plausible » à ce développement précoce du corps d’adulte. Produits cosmétiques, métaux lourds, plastifiants sont omniprésents dans l’environnement des enfants. Les émissions industrielles sont aussi suspectées.

Mais, à en croire l’analyse du Pr Nicolino, l’étude ne permet toujours pas de conclure quant à ces risques environnementaux.

Disparité entre les sexes

Chez les pubères précoces, un ou plusieurs signes se manifestent avant l’âge limite considéré comme normal, soit 8 ans pour les filles, et 9 pour les garçons. Cela se traduit par une croissance accélérée qui conduit à une petite taille à l’âge adulte.

Les jeunes concernés par un tel phénomène sont également plus exposés à des dérèglements hormonaux, avec des répercussions sur le poids, la fertilité mais aussi le risque de diabète ou de pathologies cardiovasculaires. Or, la précocité de la puberté atteint un niveau alarmant.

En l’espace de trois ans, 3 519 cas ont été diagnostiqués chez les filles, et 352 chez les garçons. « Nous ne disposons pas d’explication à ce déséquilibre », reconnaît Sébastien Denis. D’autres travaux, plus pointus, devront apporter des éléments plus précis à ce sujet.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité