Publicité

QUESTION D'ACTU

Jeux, Internet, téléphones...

Addictions sans substance : mythe ou réalité clinique ?

Au congrès d’addictologie de l’Albatros, le statut des addictions comportementales vis à vis des troubles liés aux drogues a été rediscuté.

Addictions sans substance : mythe ou réalité clinique ?

  • Publié 05.06.2017 à 08h35
  • |
  • |
  • |
  • |


Accro au porno, addict aux paris en ligne, fana du jeu vidéo… et pourquoi pas chocolatomane, grand maniaque du sport ou du jardinage. Jusqu’où va l’addiction ? Abuse-t-on du langage lorsqu’on parle de ces dépendances sans substances, quand on sort du cadre de la consommation des drogues pures et dures ? La question était au cœur d’une présentation au congrès de l’Albatros, rendez-vous scientifique autour des addictions qui s’est achevé à Paris vendredi dernier.

Elle est aussi au centre des discussions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui remet à jour sa classification internationale des maladies (ICD-11) et souhaite inclure dans la liste des pathologies mentales les troubles liés à l’usage excessif des jeux sur Internet. L’agence planche sur les addictions comportementales, sans produits, et se confronte à toutes les difficultés de l’exercice - car si tout est addiction, rien ne l’est vraiment.

Similarités

L’addiction aux jeux d’argent et de hasard (JAH), eux, ont fait leur apparition en 2014 dans le DSM-5, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux établi par l'Association de psychiatrie américaine. « Classifier le jeu pathologique (gambling disorder) comme une addiction aux substances facilite le diagnostic et le traitement », a plaidé à l’estrade Marc Potenza, qui participe par ailleurs aux groupes de travail de l’OMS.

Ces deux formes de dépendances – aux jeux d’argent et aux drogues (alcool, tabac cannabis, cocaïne ...) – partagent plusieurs points communs, a-t-il détaillé dans sa présentation. La co-occurrence des deux consommations est fréquente, les parcours cliniques des patients, similaires : accoutumance, tentatives répétées de sevrage, rechutes, envie (urge), manque (craving)…

« Des travaux ont montré des ressemblances au niveau de la prise de risque et du système de récompense », a poursuivi le chercheur. Les deux profils de patients manifestent également des similitudes neurobiologiques ; des traitements médicamenteux contre l’alcoolisme ont pu être efficaces dans l’addiction aux JAH, et les thérapies psycho-comportementales, utilisées dans les troubles liés aux substances, fonctionnent bien sur le jeu compulsif.

Eviter les stigmates

Le rapprochement ne vient donc pas de nulle part, même s’il risque d’exposer les joueurs à une forme de stigmatisation. « Le terme de jeu pathologique peut poser problème », a expliqué Marc Potenza, psychiatre addictologue à l'école de médecine de l'Université de Yale. La précision de la définition discutée au sein de l’OMS illustre d’ailleurs la complexité que revêt ce type de trouble.

« Le jeu pathologique se manifeste par un comportement persistant ou récurrent caractérisé par un contrôle diminué par rapport au jeu, une priorité croissante donnée au jeu vis à vis des autres activités à tel point que le jeu prend le dessus sur les intérêts et les taches quotidiennes ET par le fait de continuer à jouer en dépit de la survenue de conséquences négatives ».

Cette définition sert de ligne directrice à l’OMS dans sa classification de la nouvelle pathologie qu’est « le jeu en ligne problématique » (Internet Gaming Disorder). Là aussi, les points communs avec les addictions aux JAH et aux substances sont nombreux, mais encore mal appréhendés.

Dénominateur commun

Mais faut-il à tout prix classer, sous-classer, enfermer ? La controverse scientifique n’est pas tout-à-fait tranchée, d’autant que les domaines se regroupent. Doit-on traiter un trouble lié au jeu vidéo en ligne comme une addiction spécifique à Internet ou propre aux jeux vidéos ?

« Les jeux évoluent et la créativité des industriels s’affranchit de ces classifications, a ainsi nuancé, lors des échanges, Amandine Luquiens, psychiatre addictologue à l'hôpital Paul Brousse. L’offre à destination des jeunes se mélange, le gaming intègre du gambling et le gambling se ‘gamifie’ ».

Finalement, un consensus se dégage concernant ce qui lie toutes les addictions. « C’est l’effondrement du contrôle exécutif, responsable de nos choix et de nos décisions, celui qui nous permet de ne pas céder aux envies, au manque. Le contrôle exécutif et sa fragilité seraient le plus petit dénominateur commun à toutes les théories scientifiques sur les addictions ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité