Publicité

QUESTION D'ACTU

Gouvernement Philippe

Nomination d'Agnès Buzyn : le monde de la santé confiant

Après avoir dirigé l'Institut national du cancer et la Haute Autorité de Santé, la Pr Agnès Buzyn occupera le poste de ministre des Solidarités et de la Santé.

Nomination d'Agnès Buzyn : le monde de la santé confiant Ministere sante/DICOM/Jac/SIPA

  • Publié 17.05.2017 à 19h14
  • |
  • |
  • |
  • |


Ce sera donc bien un médecin qui succédera à Marisol Touraine avenue Duquesne. Il aura fallu être patient, mais la composition du gouvernement d'Edouard Philippe a été révélée ce mercredi, en milieu d'après-midi. Et c'est donc le Pr Agnès Buzyn qui a été nommée ministre des Solidarités et de la Santé.

Les contraintes étaient nombreuses, mais au final, le gouvernement élaboré par Emmanuel Macron et son Premier ministre satisfait aux principaux engagements pris par le candidat, durant sa campagne. La parité a été respectée, avec 9 femmes sur 18 ministres. Les trois ministères d'Etat reviennent cependant à trois hommes : Gérard Collomb (ministre de l'Intérieur), Nicolat Hulot (ministre de la Transition écologique et solidaire) et François Bayrou, nommé garde des Sceaux.

Le renouvellement et l'ouverture sur la société civile promis sont au rendez-vous. Frédérique Vidal, actuelle présidente de l'université Nice-Sophia-Antipolis, devient ainsi ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Emmanuel Macron, qui a construit sa campagne sur la rupture avec le traditionnel clivage gauche/droite propose une équipe gouvernementale dans laquelle, pour la première fois, des représentants de quatre partis (LR, PS, Parti radical de gauche et MoDem) cohabitent.

Un médecin apprécié

Agnès Buzyn, 53 ans, n'était jusqu'ici pas connue pour ses engagement en politique et n'a jamais affiché ouvertement son soutien à des candidats. Hématologue de formation, elle occupait jusqu’à ce jour la présidence du Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS), poste auquel elle avait été nommée par le président François Hollande, en 2016. Avant cela, elle avait dirigé l’INCa (Institut National du Cancer) durant 5 ans. Elle a notamment mis en œuvre le 3e Plan cancer 2014-2019 axé sur la lutte contre les pertes de chance face à la maladie et oeuvrait pour rendre accessible au plus grand nombre les nouvelles thérapies contre le cancer.

Ancienne interne des Hôpitaux de Paris, Agnès Buzyn a réalisé la majeure partie de son parcours de clinicienne hématologue à l’hôpital Necker, où elle a dirigé l’Unité de soins intensifs d’hématologie adulte et de greffe de moelle de 1992 à 2011. Elle a été nommée Professeur d’Université en 2004 et a enseigné à l’Université Paris-Descartes l’hématologie et l’immunologie des tumeurs et de la transplantation, ainsi qu’à Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI). Elle a continué d'exercer jusqu'à sa prise de fonctions à la HAS.

Renouer le dialogue

Médecin réputé pour son humanisme et sa dévotion auprès des patients, Agnès Buzyn arrive au ministère avec une solide connaissance du monde de la santé. Les principaux acteurs du milieu ont réagi favorablement à sa nomination, mais elle devra déployer des efforts conséquents pour renouer le dialogue, après un quinquennat marqué par des tensions persistantes entre le ministère et les soignants.

Ecoutez les réactions à la nomination d'Agnès Buzyn :

Christophe Leroux, directeur développement, La Ligue contre le cancer

Ecoutez...
Christophe Leroux, directeur développement de la Ligue contre le cancer : « C'est quelqu'un de très réfléchi, qui appréhende les questions de santé dans la globalité... »

 

Jean-Pierre Couteron, président de Fédération Addiction

Ecoutez...
Jean-Pierre, président de Fédération Addiction : « C'est quelqu'un qui est très connu pour sa lutte contre le tabac... »

 

Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée

Ecoutez...
Lamine Gharbi, président de la FHP : « Nous sommes ravis car c'est une professionnelle du secteur qui connaît très bien l'hospitalisation...  »

Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, syndicat majoritaire de médecins libéraux

Ecoutez...
Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF : « Sa nomination nous inquiète parce qu'elle a été marquée par des décisions qui n'ont pas été favorables à la médecine libérale... »

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité